FC Barcelone : Lionel Messi a une offre de Manchester City    Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zones d'ombre et genèse commune
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 04 - 2021

A ouvrir le bon œil sur l'itinéraire sinueux emprunté depuis des lustres par la société algérienne, on se surprend à identifier la variété de ce que l'on appelle désormais les zones d'ombre. La localisation des plus lourdes et des plus importantes, contrairement à ce que l'on a tendance à pointer du doigt, n'est pas uniquement dans l'obscurité des territoires déshérités et il est probablement faux de croire qu'elles reposent seulement sur une histoire de routes dégradées ou sur l'absence de commodités.
L'Algérie n'est pas un pays très développé et il est à convenir que de palpables réalisations dans de nombreux domaines ont été entreprises depuis l'indépendance. Par contre, il est indéniable que les performances auraient été autrement plus importantes si l'ivresse des hommes et souvent l'inconséquence de ceux qui ont dirigé le pays avaient été écartées pour que les véritables zones d'ombre ne se soient pas démultipliées. Car contrairement à l'idée maintenant retenue, les zones d'ombre ne répondent pas à des données sur des localités délaissées ou sur des histoires d'absence de routes, de gaz et d'électricité.
Si la souffrance de la population oubliée est réelle, à ne s'en tenir qu'à rester fixer sur elle, on occulterait l'ensemble des vraies bases pour un développement harmonieux du pays. On sait ce qu'il est advenu des trois révolutions initiées au début des années 70. Il n'en est resté qu'une lie indigeste car le pouvoir de l'époque avait confondu les départs et les arrivées d'une société totalement déphasée et déréglée par des années de misère et de faim.
Les zones d'ombre sont d'abord dans les comportements et les esprits. Elles sont souvent dans les périmètres pourtant pourvus de toutes les commodités pour une aisance de vie. Elles sont aussi derrière les guichets revêches des administrations ou aux abords des trottoirs squattés par des proxénètes auxquels l'absence de l'Etat a livré les automobilistes dépités. Plus hauts, plus proches que les zones déshéritées, c'est dans les couloirs sombres des nominations d'un temps passé où la gloire aux qualificatifs déformés d'une révolution était hypocritement chantée pour disposer des pions serviteurs de tout acabit.
Zones d'ombre dit-on ! Les lointaines, les cachées et les tues, les toutes proches, les visibles et les étalées, elles ont toutes des liens solides et leur genèse est commune. La raison et l'efficacité voudraient que l'on commence à s'attaquer à celles qui nous font face et celles qui sont sous nos pieds.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.