Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 05 - 2021

La commémoration officielle du 76ème anniversaire des massacres sanglants de mai-juin 1945 est marquée, à la wilaya de Guelma, sur fond de lourdeurs ramadhanesques et des activités organisées par les autorités locales qui se dérouleront à travers les visites des repères historiques et les vestiges témoins de ce crime colonial imprescriptible ainsi que l'accomplissement de la marche solennelle pour défendre la mémoire de toutes les victimes. Incrusté profondément dans l'immortelle mémoire collective nationale. Le mois de mai reste le jalon le plus distinctif et le plus expressif dans l'itinéraire douloureux de notre peuple, dans sa dynamique de combat et de sa lutte pour le recouvrement de sa souveraineté. 76 années après, le mois printanier rime toujours avec le mois de l'horreur à Guelma, Sétif, Kherrata...le mois des massacres sanglants de 45.000 civils innocents, une évocation macabre qui est intimement liée à la définition de l'acte odieux qui n'est autre qu'un génocide, un crime contre l'Humanité, perpétré par le colonialisme français, au mépris de toutes les considérations pour les valeurs humaines universelles.
Mardi 8 mai 1945, Berlin s'effondre et l'Allemagne nazie capitule. Un nouveau monde se reconstitue sur les ruines de la SDN et l'on s'agite à organiser la conférence de San Francisco où selon « les rumeurs », l'on devait proclamer l'indépendance des peuples colonisés.
A la même heure où fut signé l'acte de capitulation enterrant le totalitarisme nazi, des balles crépitèrent dans nos villes et villages pour abattre des manifestants dans leur marche pacifique, donnant ainsi le feu vert à la soldatesque coloniale, soutenue par des milices de colons européens armés, de commettre l'ignoble carnage, dans une « chasse à l'Arabe », qui embrasa nos contrées où on tirait à vue et à volonté. Les sinistres Lestrade Carbonnel et Achiary, avaient invité les Européens à participer aux massacres : « Messieurs les colons,vengez-vous! » Les ordres émanaient des hauts commis de l'Etat français. La France officielle était restée figée dans ses moments d'ivresse, anesthésiée depuis Dumbaton Oaks, où elle recevait un strapontin au nouveau Conseil de sécurité de l'ONU, siégeant dans une nouvelle configuration planétaire. Sur une hypothétique grandeur impériale, l'on parvient à adopter la sottise exemplaire de comportement et commettre la bêtise humaine, qui ne manque pas d'être rattrapée par l'Histoire. Sur les massacres, un journaliste américain écrira: « It was an open season » pour décrire la chasse à volonté, tuant sans témoin dans un rythme de plus de 500 mises à mort par jour, jusqu'au 26 juin 1945.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.