Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaza brûle...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 05 - 2021

Un lynchage, des scènes de violences inouïes, des cris et du sang. À Bat Yam, dans la banlieue de Tel Aviv, une foule d'extrémistes juifs de droite a sorti de force, le 12 mai dernier, un automobiliste «arabe» de son véhicule et l'a pris pour défouloir de sa haine.
Le déchaînement sauvage de la foule n'a eu d'égal que le voyeurisme cynique d'une chaîne de télévision publique israélienne qui aurait diffusé la séquence en boucle. L'événement n'a rien de surprenant en comparaison à ce qui s'était passé ailleurs dans les territoires occupés. Le 10 mai, les autorités israéliennes espéraient célébrer la date commémorative de la conquête et l'annexion de la part orientale de la ville, à la faveur de la guerre de 1967. À défaut de «réunification» acceptée officiellement par l'administration Trump, suivie par une poignée de ses affidés, et tolérée officieusement par quelques pays arabes versants des larmes de crocodile sur la Palestine, la ville sainte a encore été le théâtre d'affrontements. Ce sont, de l'avis des observateurs, les heurts les plus violents survenus depuis 2017 sur l'esplanade des Mosquées, une colère attisée par la poursuite de la politique inique de colonisation d'Israël et le sort des familles palestiniennes du quartier de Sheikh Jarrah, menacées d'expulsion au profit de colons juifs. Les affrontements entre Palestiniens et colons appuyés par les forces de répression, puis les bombardements aériens de Gaza, foyer de la résistance palestinienne, ont fait une nouvelle fois des centaines de blessés et de victimes parmi la population civile. En dépit du changement d'administration aux Etats-Unis, le bureau ovale s'est contenté de renvoyer dos à dos les deux camps, en appelant «Israéliens et Palestiniens» à «mettre un terme à la violence», tout en exprimant son «inquiétude» quant à «l'expulsion potentielle des familles palestiniennes de Cheikh Jarrah». Même blanc-seing implicite à réprimer, mais dans le «calme» et la «retenue» du côté de l'Union européenne, mais aussi et «surtout» du quatuor Emirats arabes unis, Bahreïn, Maroc et Soudan. Des pays qui ont, pour rappel, normalisé leur relations avec Israël ces derniers mois.
L'équation à résoudre est d'autant plus complexe que les opinions publiques dans ces pays-là sont farouchement attachées à la cause palestinienne et hostiles au processus ininterrompu de colonisation. Hésitants ou complices, les Etats Arabes ressemblent à des oiseaux de volaille dont les ailes ne servent, paraît-il, qu'au décor! Bref, Gaza brûle et le monde assiste au cinéma en plein air d'Israël, ses alliés «arabes» et les grandes puissances occidentales, à leur tête les USA.
Ce qui risquerait, peut-être, de plonger toute la région du Proche-Orient dans le chaos dans les semaines à venir. Proche du Hamas, le régime d'Erdogan appelle de toutes ses forces «le monde à agir pour mettre fin à cette agression israélienne interminable contre des civils non armés sur leur propre terre». Erdogan, furieux sans doute contre le rapprochement militaire récent entre Tel-Aviv et Athènes, aurait sauté sur l'occasion pour qualifier Israël d'Etat «terroriste cruel». Mais force est de constater que les événements en cours sont hors contrôle, et, faute de pressions internationales significatives, la répression israélienne pourrait encore s'accentuer dans les jours à venir, alors que la crise politique sur le front interne s'aggrave, à mesure que Jérusalem s'embrase. C'est l'enlisement en perspective. D'autant que, d'une part, Benyamin Netanyahou, en difficulté, aurait, sans surprise, salué la «fermeté» des forces de répression, soutenues «dans cette cause juste» pour garantir la «stabilité» à Jérusalem.
Une carte qui lui permettra de booster son aura auprès de la rue israélienne qui le honnit. De l'autre, isolée sur le double plan politique et diplomatique, l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas qui dénonce une agression barbare, avait déjà subi un affront en annulant les élections législatives prévues pour le 22 mai dans les territoires palestiniens, sur fond de lutte de «leadership» contre le mouvement de Hamas. Celui-ci brandit la menace d'une «escalade militaire», en cas de non-retrait des soldats israéliens. Seuls ou presque, les Palestiniens affrontent à mains nues l'arsenal militaire de la soldatesque sioniste. Et le black-out mondial «complice» sur cette vieille «cause juste» ne fait que compliquer leur situation, hélas!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.