L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Députés, mécaniciens et plombiers
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 06 - 2021

On ne sait pas encore de quoi et par quoi sera faite la prochaine Assemblée nationale. A prêter attention à la teinture que lui projettent les différents commentaires aussi opposés les uns avec les autres, on est en droit de conclure que la future représentation institutionnelle ne bénéficiera que du ravalement de ses murs. Se pourrait-il qu'il en soit autrement si l'on doit respecter l'ensemble de la configuration humaine de la population algérienne, actrice vivace du bon, du moins bon et du mauvais ?
Avant de se pencher sur la consistance politique de cet événement, le respect pour chaque candidat doit être de mise et l'obligation de garder la tête froide pour ne pas oublier que dans un jeune Etat qui se construit avec moult difficultés le volontarisme n'a pas la même définition pour tous pour que finalement la classe politique soit le parfait reflet de la société. Au bout on trouvera toujours des gros bouts de déchets que les prétentions, les illusions et l'esprit des autosuffisances ont plantés.
Un demi-siècle ou un peu plus de souveraineté, souvent contrariée par les différents égoïsmes, ne suffit pas à totalement ancrer un peuple dans le concert des nations et lui donner la hardiesse d'une population capable de transcender les larges excroissances que les méfaits de l'Histoire lui ont imposées. Une certaine médisance est souvent renouvelée dans les tribunes et dans les rues pour lever le couvercle sur des peuples qui semblent avoir créé des miracles pour leurs développements, mais quand tous les comptes sont faits on s'aperçoit que leur Eden projeté n'est qu'un paradis surfait. La majorité des Vietnamiens ou Singapouriens ne baignent pas dans l'allégresse qu'on leur prêtait et eux aussi sont toujours familiers des terribles suées auxquelles les Algériens sont soumis.
Un député algérien ne peut être qu'à l'image de nos mécaniciens et nos plombiers. La masse des bricoleurs l'emporte sur la frange réduite des savants. Malgré une petite marge d'une d'élite qui sort du lot, la carrure de ceux qui cultivent et s'en tiennent à la pratique des à peu-près se confond avec celle du pays. Le degré de leurs compétences ne peut être qu'à la hauteur de celui de l'ensemble de la société. Leurs capacités à résoudre des problèmes ont une consistance identique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.