JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où trouver un plombier de l'Ansej?
Publié dans L'Expression le 21 - 01 - 2016

L'Etat y consacre des centaines et des centaines de milliers de milliards. Des plombiers, des menuisiers, des mécaniciens, des électriciens, des peintres créent leur microentreprise. Sans aucun moyen de les contacter en cas de besoin. Leur réussite, l'emploi, toute l'économie sans oublier notre bien-être dépendent de ce «contact». Qui est responsable?...
Maillon manquant. Dans un foyer, il y a toujours de petites réparations à faire. Une vitre brisée. La cafetière électrique ou le fer à repasser qui tombent en panne. Un robinet qui fuit. Un appareil de chauffage à installer. Les murs à repeindre. Etc, etc. Il arrive également que dans un foyer, le mari et parfois même l'épouse soient doués pour le bricolage. Ceux-là s'en sortent plutôt bien. Sauf qu'ils représentent l'exception et que leur champ d'intervention a des limites. Surtout en plomberie. Ceci pour dire que dans la majorité des cas, le recours à un artisan est incontournable. Ce qui veut dire aussi que le marché que représentent ces dites réparations est important. Avec une demande permanente propre à l'entretien et la maintenance. Et si l'on ajoute à ce potentiel, les millions de logements nouveaux dont ont bénéficié les Algériens durant la dernière décennie, si l'on a également à l'esprit que la démographie oblige la programmation ininterrompue de nouveaux logements, on s'aperçoit que le marché de la petite réparation à domicile est un fabuleux trésor. Pour l'emploi, pour l'économie et pour le bien-être des citoyens. C'est là une «étude de marché» certes rapide, mais que personne ne peut contester. Le problème, c'est là où nous voulions en venir, est que face à cette demande, l'offre est sinon inexistante, du moins invisible. Jusque-là, ce marché fonctionne grâce au «système D». Par les bricoleurs que nous avons cités plus haut. Et par le bouche-à-oreille avec souvent des surprises «irréparables». Des faux plombiers qui vous occasionnent des dégâts bien supérieurs à la panne pour laquelle ils ont été sollicités. Encore plus nombreux sont les faux peintres qui badigeonnent les murs, les plafonds et même...le sol. Leurs pinceaux n'épargnent rien. Ni les interrupteurs ni les poignées de portes, rien. Tout y passe. Qui n'a pas, au moins une fois, vécu de telles mésaventures? Vous l'aurez remarqué, nous n'avons pas voulu ajouter les drames occasionnés par des installations défectueuses des appareils de chauffage. Et même des canalisations de gaz à l'intérieur des domiciles. Ceci pour nous confiner à l'utilitaire sans catastrophisme. Oui, mais alors, direz-vous, où sont les plombiers, les menuisiers, les mécaniciens, les électriciens, les peintres que l'Ansej et les autres organismes (Cnac, Angem, etc) ont aidé à monter leurs petits projets? Ils existent. Ils sont des dizaines de milliers. L'Etat a consacré à ses microcrédits des centaines et des centaines de milliers de milliards. Alors, on s'est mis à la recherche de ces artisans. Nous avons visité tous ces organismes d'aide, aucun n'est capable de dire combien de plombiers ou de menuisiers il parraine. Pour toute réponse, les responsables qui «suivent» ces projets (en réalité, ils ne suivent rien du tout), vous plaquent à la figure des statistiques. «En 2015 nous avons accordé tant de milliards de crédits à tant de jeunes. Nous avons fait mieux qu'en 2014!» lancent-ils en bombant le torse et en vous regardant de haut. D'accord, d'accord, mais où sont-ils ces jeunes? Où peut-on les trouver quand on a besoin de leurs services? De temps à autre on les aperçoit à la télé recevant leurs véhicules aménagés en ateliers flambant neuf. Mais juste après, leurs traces se perdent. Aucun annuaire professionnel n'est disponible depuis belle lurette. La poste qui les confectionnait par le passé est hors course depuis l'avènement du téléphone mobile.
Les Chambres de commerce et d'industrie? Personne ne sait ce qu'elles font au juste. Aucun site Web pour répertorier ces jeunes artisans n'existe. Par métiers. Par wilaya. Par commune. Sur les sites des agences suscitées rien non plus sinon les statistiques comme on l'a déjà dit. L'Etat a pu connecter 1541 communes, pourquoi serait-il plus difficile d'interconnecter ces agences et recenser les jeunes qu'elles ont aidé à créer leurs propres entreprises? Que ces agences dépendent du ministère du Travail ou de celui de la Solidarité nationale, c'est tout de même toujours le même gouvernement. Et le Centre national du registre du commerce, pourquoi ne pas le mettre à contribution? Les responsables qui ne font pas l'effort de corriger cette aberration doivent savoir qu'un tel annuaire est un outil d'une importance insoupçonnable. Pour les microentreprises naissantes en garnissant leurs carnets de commandes. Un moyen également de développer ces TPE en PME, voire en entreprises plus grandes. C'est aussi un moyen supplémentaire pour éviter les échecs de ces jeunes créateurs. Pour qu'ils puissent offrir de nouveaux emplois en se développant. Il faut en finir, une fois pour toutes, avec cette mentalité bureaucratique qui consiste à se limiter à donner des crédits sans se soucier de ce qui pourrait advenir après. C'est avec ce tissu de TPE et de PME-PMI que nous réussirons cette diversification de notre économie hors hydrocarbures. L'enjeu est de taille. Le droit à l'erreur doit être proscrit. Le baril est sous les 30 dollars. Et puis, s'il fallait ajouter une autre raison pour mieux convaincre, il s'agit du bien-être des citoyens. Trouver un plombier agréé tout près de chez soi en un clic produit le même bien-être que la révolution du biométrique.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.