Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'AUTRE DON DU CIEL
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 06 - 2021

La question de l'environnement et de l'écologie ne relève plus d'une simple vue de l'esprit. Elle est, dorénavant, au centre des grandes préoccupations de l'humanité. Abordée de différentes manières, en fonction des enjeux et des intérêts de chaque pays, elle n'échappe pas, cependant, aux tiraillements des arguments souvent opposés de ceux qui en font un sacerdoce et ceux engloutis dans la misère et le besoin, obligés de s'accrocher à des moyens de survie. Le scieur d'arbres amazonien ne peut avoir la même approche sur les dons des forêts que celle du militant écologique activiste. L'un y voit une source de revenus pour nourrir ses enfants, l'autre les considère comme des auréoles oxygénées, nécessaires remèdes contre l'asphyxie de la planète. L'un et l'autre ne regardent pas le soleil avec les mêmes yeux. Il en est ainsi pour les Etats. Chacun s'affaire dans sa cuisine selon ses goûts et le décompte de ses dents.
Tenue et obligée de mettre un trait sur ses énergies fossiles s'effilochant, l'Algérie ne peut échapper à un débat planétaire aussi sérieux d'autant que ses contraintes économiques la contraignent de s'y impliquer sans retenue. La page du lourd condensé pétrolier devant être tournée sinon arrachée, source de malédictions plurielles plutôt que d'une aubaine avec intelligence exploitée, les Algériens sont, eux aussi, acteurs et sujets d'une révolution écologique annoncée.
Pour eux un autre don du ciel est à leur portée. Le soleil leur accorde sa force toute l'année durant. Pour peu qu'ils sachent avec savoir-faire et doigté, profiter de cette richesse éternelle et inépuisable, ils s'intégreront avec rentabilité et bonheur dans la nouvelle ère économique mondiale déjà déclarée. Bien que l'inscription dans ce registre ne soit pas simple et évidente à cause de l'exigence de la maîtrise que réclamera la gestion de cette énergie, l'intitulé environnemental et écologique est d'abord une affaire de culture et de savoir-vivre. Au delà de la familiarisation indispensable avec les instruments inévitables que nécessitera un mode de vie inconnu jusqu'ici, s'investir dans l'utilisation d'une nouvelle énergie tout en étant incapable de gérer ses ordures ménagères, relève de l'inconséquence et de la gabegie.
Avec la multitude d'harassements de toutes sortes qui empoisonnent l'existence de tout un chacun, qui ne sont finalement que les indices d'un sous-développement, le quidam algérien, non cultivé, pourrait loger sur le même pallier que l'incendiaire des forêts de l'Amazonie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.