"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA JONCTION
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 06 - 2021

La proximité géographique, plus d'un siècle d'une Histoire partagée, la présence en son sein de millions d'habitants d'essence algérienne offrent souvent l'exercice d'une comparaison entre la France et l'Algérie.
Les deux pays sortent ces derniers jours de grandes joutes électorales et curieusement les résultats de leurs scrutins ont l'air d'avoir le même goût. Le faible taux de participation est flagrant dans les deux pays et à des degrés divers l'abstention semble relever des mêmes raisons. Mieux, les pronostics ont été déjoués pour les deux nations et on a constaté pour les deux entités aux cultures et aux articulations politiques différentes un retour identique d'anciens fossiles partisans. Grand vainqueur des élections régionales françaises, le parti gaulliste se re-frotte les mains et le FLN algérien s'invite par la force des urnes à retrousser les manches avec un sourire béat victorieux. Paradoxalement, engagés aux avant-postes du terrain politique, l'un et l'autre auront à affronter la litanie de la succession de déconvenues économiques qu'ils auraient dans une large mesure eux-mêmes créées.
A la vérité, la similitude évidente des deux situations renvoie à la même lassitude prégnante de deux sociétés pourtant différentes qui n'attendent plus rien de l'activation de l'articulation politique classique. Si l'on devait faire la jonction entre ce qui a produit les gilets jaunes et le Hirak, on constatera sans surprise que les ferments de leur érection sont identiques. Le grand message qu'ils ont émis, chaque mouvement à sa façon, est une colère commune indissociable pour que le holà soit mis au parcours des activités politiques telles qu'elles se développent. Ensemble et en commun, les deux entités sociales actent la péremption de la culture partisane prévalant jusqu'ici.
Les signaux émis par l'abstention significative dans les élections de toute nature sont la manifestation d'un désarroi et d'une fâcherie populaire pour indiquer que la majorité des sociétés ne croient plus aux philosophies électorales actuelles devenues usées. S'abstenir est une autre manière de voter, non pas pour affirmer une opposition contre des hommes et leurs condensés, mais pour l'exigence de la recherche d'une adaptation efficace à l'évolution d'un monde sérieusement bouleversé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.