Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Obstacles aux IDE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 06 - 2021

Compter sur les ressources naturelles, les hydrocarbures notamment, n'a jamais permis au pays d'attirer les investisseurs étrangers hors de ce cadre énergétique, pas même d'y penser durant assez longtemps, car ce n'est que ces dernières années, avec la chute du prix du baril de pétrole, qu'on a commencé à s'inquiéter du très faible taux de l'investissement direct étranger (IDE) en Algérie. Et qui va en s'amenuisant vers l'Algérie selon les statistiques publiées par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) portant sur les investissements dans le monde en 2021, régressant de 19% en 2020 par rapport à l'année qui l'a précédée. En fait, hors investissement dans le secteur des hydrocarbures, ces chiffres n'ont à aucun moment de l'histoire du pays été réjouissants.
Se croyant, donc, à l'abri du besoin d'un quelconque apport des IDE aux opportunités de croissance et de création d'emplois, l'Algérie a beaucoup plus fait dans la complication de l'acte d'investir, pour les nationaux et plus encore pour les étrangers sur les plans bureaucratique et juridique. La règle du 51/49, qui contraint les investisseurs étrangers à s'associer avec des opérateurs économiques locaux, et pas n'importe quel opérateur, puisque seuls quelques initiés possédaient les clés de ce partenariat, a fini par mettre KO les IDE. Il s'agit là d'obstacles au mouvement des capitaux étrangers somme toute proéminents, qu'on peut corriger avec le temps, qu'on est en train de redresser à travers l'engagement des autorités pour une profonde réforme économique, voire la création d'une nouvelle base pour l'économie nationale qui touchera pratiquement tous les aspects des textes réglementaires, dont une nouvelle mouture de la loi de commerce, le code civil dans le cadre des contrats et des garanties, ainsi que la refonte profonde du code de l'investissement et du code de la monnaie. C'est en cours de concrétisation, mais est-ce suffisant pour devenir un pays attractif pour les IDE ?
C'est essentiel de corriger les défauts réglementaires en réformant le cadre économie mais il y a plus à faire. Car, le climat sociopolitique et la qualité de vie du pays ont également un rôle primordial dans l'attrait des IDE. L'Algérie tente de s'extirper de l'instabilité politique et commence à promouvoir son image auprès des investisseurs étrangers, par le biais d'une diplomatie économique que les autorités s'attellent à mettre en œuvre, en attendant que les opérateurs économiques et l'Algérien lambda en général tiennent leur part de responsabilité dans cette entreprise qui n'est pas uniquement de la responsabilité étatique. De notre temps, les pays s'ingénient dans une rude concurrence, usant de différentes initiatives pour attirer les IDE, parfois d'une originalité qui frôle l'insolite, à l'image de la Suède qui a créé un numéro de téléphone spécial qui permet à n'importe qui dans le monde d'appeler ce numéro et discuter directement avec un Suédois au hasard autour de la qualité de vie et l'économie du pays, ou encore la création d'un compte Twitter géré chaque semaine par un citoyen suédois, et qui a donné par la suite des idées à d'autres pays. Les citoyens algériens, qu'ils vivent dans le pays ou à plus forte raison à l'étranger, ont une lourde responsabilité en matière de promotion de l'image du pays... et dans cet échec de l'attrait des IDE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.