Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les voleurs de cuivre sévissent: 3 transformateurs électriques vandalisés dans trois communes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 07 - 2021


Trois transformateurs électriques ont été vandalisés lundi à Oran, a indiqué la Société algérienne de distribution de l'électricité et du gaz sur sa page face-book. Cet acte, premier du genre à Oran, a touché les communes de Hassi Bounif, Hassi Ameur et Tafraoui. Selon la même source, les transformateurs ont été détruits par des bandes spécialisées dans les vols de cuivre. Les transformateurs ont été vandalisés avant d'être vidés des câbles. L'incident a causé des désagréments financiers à la société et a pénalisé les abonnés de cette région. Des équipes techniques d'intervention se sont déplacées pour réapprovisionner en énergie les zones touchées. Le phénomène de vol des câbles pénalise aussi bien les abonnés que l'institution. Car, pour les uns, l'alimentation en énergie est interrompue à cause du vol. Pour les autres, en l'occurrence les institutions, la situation devient de plus en plus dure à gérer, au vu des dégâts causés par les voleurs qui, en coupant les câbles, endommagent les installations et entraînent ainsi un énorme préjudice financier. C'est une véritable razzia à laquelle se livrent ces bandes de malfaiteurs très bien organisées et qui ont leurs receleurs bien installés, à qui elles revendent le cuivre extrait des gaines des câbles qu'elles pillent. En plus des vols, les services de la Sonelgaz se plaignent des branchements illicites érigés en véritable mode d'emploi et les fraudeurs redoublent d'ingéniosité pour «voler» l'électricité. Les conséquences font que les postes de distribution publics sautent devant le très fort tirage, plongeant quelquefois des villages entiers dans le noir. Des actes qui causent à Sonelgaz d'énormes pertes financières. L'article 350 du code pénal, qui prévoit des amendes de 500 à 2.000 DA et des peines d'emprisonnement allant de 1 à 3 ans, ne semble pas dissuader suffisamment les fraudeurs. Le piratage de l'énergie cause des préjudices non seulement à l'entreprise mais aussi aux abonnés. La difficulté de l'entreprise ici c'est qu'elle est seule à lutter contre la fraude, puisque les populations ne semblent pas être concernées par la chose. Pourtant, si un client est situé dans le même «réseau» qu'un fraudeur, il est aussi pénalisé. Les fraudeurs non seulement prélèvent l'énergie électrique mais ils endommagent également les équipements. Ils s'exposent aussi à l'électrocution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.