Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aléas du marché pétrolier
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2021

La poire a-t-elle été coupée en deux au sein des pays membres de l'Opep+ pour satisfaire les exigences des Emirats Arabes Unis ? Après un blocage par ce dernier pays d'un accord qui devait se conclure au début du mois de juillet entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés hors de l'organisation, qui a conduit au report sine die de la réunion du 5 juillet dernier, tout le monde est revenu à la table des discussions (par visioconférence) ce dimanche 18 juillet pour aboutir à une entente autour du point de la discorde avec les Emirats Arabes Unis, en l'occurrence une augmentation des volumes de sa production.
Les pays membres de l'Opep+ ont finalement décidé de continuer à augmenter modestement leur production à partir d'août. Ce n'est pas une augmentation « significative » comme demandée par les Emirats Arabes Unis, mais c'est mieux que rien pour ce pays auquel s'est opposée l'Arabie Saoudite. Les deux pays en question sont arrivés à un compromis sur l'offre de pétrole sur le marché mondial et les Emirats Arabes Unis, dont le volume de production de référence est limité à 3,17 millions de barils par jour (Mbj), et qui demandaient une hausse jusqu'à 3,8 Mbj, ont obtenu le feu vert pour une production jusqu'à 3,5 Mbj à partir de mai 2022. Ainsi que le Koweït et l'Irak, qui ont eu le quitus pour une hausse de leur seuil de production de référence avec 150.000 barils par jour.
Globalement, l'accord de ce dimanche 18 juillet prévoit que les 23 membres du groupe Opep+ augmentent leur production de 400.000 barils par jour (bpj) à partir du mois prochain, afin de contribuer à alimenter la reprise économique mondiale alors que la pandémie s'atténue, a souligné l'Opep dans un communiqué à l'issue de la réunion en question. On a tranché pour repousser la date limite de plafonnement de la production d'avril 2022 à la fin de l'année 2022. Et procéder à une évaluation de l'évolution du marché au mois de décembre prochain, a noté la même source. Une évolution qui peut paraître avantageuse pour le marché pétrolier à l'ombre d'une reprise de l'économie mondiale qui favorise une augmentation de la demande sur l'or noir, mais la hausse de la production de référence par certains pays et d'autres aléas, à l'enseigne d'un probable retour de l'Iran sur la scène qui pourrait doper la production mondiale de pétrole ou encore des complications sanitaires avec un retour à la circulation active du Covid-19, sont autant de facteurs qui pourraient contribuer à une baisse des prix du baril (en recul, déjà depuis quelques jours, atteignant hier 73,14 US dollars le baril). Chose qui n'est pas dans l'intérêt des pays membres de l'Opep+.
Mais, crise économique oblige, tous les pays membres de l'Opep+, qui tirent leurs ressources financières essentiellement de la vente des hydrocarbures, verraient d'un bon œil un desserrement des vannes coincées par l'accord de plafonnement de la production de pétrole. Et, il est probable que d'autres pays, même s'ils n'ont pas réclamé ouvertement un ajustement de leur niveau de production de référence, attendaient avec impatience cette augmentation de la production de 400.000 barils par jour à partir du mois prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.