Chute de pluies : Plusieurs routes bloquées    Bab El Oued et la Casbah : Les articles scolaires inondent les marchés    La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme    Un steward d'Air Algérie arrêté à Paris    Wagner brouille les cartes au Mali    L'opposition crie à la fraude    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    Niger-Algérie décalé au 12 octobre    Pochettino : "C'est ma décision..."    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Le casse-tête de la surcharge scolaire    La rentrée scolaire s'annonce perturbée à Boumerdès    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    L'ambitieux programme de Sonatrach    Annulation des pénalités de retard au profit de milliers d'employeurs    Iarichène trace sa feuille de route    Confiance renouvelée au coach Zaoui    Des partis dénoncent des conditions «surréalistes»    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    50 ans après, un volcan entre en éruption    Le système de santé «risque de s'effondrer», avertit l'OMS    L'enquête étendue à 30 wilayas touchées, 71 suspects arrêtés    Tentative d'émigration clandestine avortée à Oulhaça    Hausse de nouveaux projets d'investissement malgré la pandémie de Covid-19    L'ultime étape, le Sénat    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Une indispensable catharsis    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Coopérative «El Mouloud» Canastel: Découverte d'un corps sans vie    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    El Watan au coeur d'une polémique    Le ministre exige la réduction des délais    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Les premiers effets de l'instabilité apparaissent    Aït Djoudi revient à de meilleurs sentiments    Lamamra sur son terrain à New York    L'ombre du maréchal Haftar    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    «Le Cri» de Samir Toumi traduit en italien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2021

«Et par l'âme et Celui qui l'a harmonieusement façonnée; et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété! Aura réussi, certes celui qui la purifie. Et sera perdu, certes, celui qui la corrompt.» (Coran , Sourate 91)
«àl'origine de tout, il y a d'abord le refus» 1 Cette sentence ou ce dogme traduit évidement la pensée de Jean Paul Sartre. Toute la vie de ce Philosophe qui refusera le prix Nobel tournera obsessionnellement ou «religieusement» ( lui qui tenait tant à son existentialisme athée) autour du principe de la Liberté. Jean Paul Sartre dira que l'homme demeure «Engagé sans recours ni secours sur les chemins de la liberté, à la fois totalement libre et totalement responsable... étant condamné à être libre, il porte le poids du monde entier sur ses épaules : il est responsable du monde et de lui-même en tant que manière d'être.» 2
Il prêchera inlassablement l'irréductible liberté de cet homme superbe et problématique. Toujours capable de s'inventer, doté d'une conscience qui lui permet d'échapper à tout déterminisme.
«Nous sommes seuls, sans excuses...et à partir du moment où il (l'homme)est jeté dans ce monde il est responsable de tout ce qu'il fait» 3
La notion de Liberté et de responsabilité sont des notions fondamentales en Islam, elles déterminent ce que nous sommes et sont à la base de toutes nos relations avec autrui. Nous sommes censés agir et réagir dans toutes nos affaires en fonction de ces impératifs transmis par le Prophète Mohamed (BSSL) et auxquels nul ne doit se soustraire.
«Chacun d'entre vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau. Le dirigeant est un berger et il lui sera demandé compte de son troupeau ; l'homme est le berger des siens et il est responsable de son troupeau, la femme est une bergère dans la demeure de son mari et elle sera responsable de son troupeau ; le serviteur est un berger quant au bien de son maître et il est responsable de son troupeau. Ainsi chacun d'entre vous est un berger et chacun d'entre vous sera interrogé concernant son troupeau» 4
Hélas cette liberté et cette responsabilité nous font payer un lourd tribut, le risque de perdre notre âme quant elles ne sont pas utilisées à bon escient. Dieu demandera un jour à Adam de jouir pleinement de tous les fruits et bienfaits du Paradis et de ne point s'approcher d'un certain arbre 5. L'inévitable se produira quand même. La transgression se matérialisera et Dieu dira par la suite : «En effet, Nous avons auparavant fait une recommandation à Adam; mais il oublia; et Nous n'avons pas trouvé chez lui de résolution ferme.» 6
Cette inclination à «transgresser et manquer de résolution ferme» git hélas en chacun de nous néanmoins nous demeurons perpétuellement libres et responsables, dotées de ces suprêmes qualités qui élèvent l'homme au-dessus de toutes les autres les créatures. Nous demeurons aussi condamnés à gérer des comportements étrangement morbides.
Dès l'apparition du Covid19 et sa propagation d'emblée très inquiétante, l'OMS adressera à l'ensemble de l'Humanité des recommandations rigoureuses ( Mesures sanitaires -Gestes barrières ) d'une simplicité déconcertante qui n'étaient ni excessivement onéreuses ni astreignantes étant donné que notre vie était en jeu.
On n'a jamais demandé aux gens de ne pas sortir de chez eux, chose impensable, car les impératifs qui poussent les gens à quitter quotidiennement leur domicile sont plus forts que cette menace perçue comme hypothétique par la quasi-totalité des gens. Néanmoins, on exigera de chaque citoyen, encore une fois, de respecter ces gestes barrières et d'agir avec responsabilité.
À partir du 1er mars 2020, un foyer de contagion se formera dans la Wilaya de Blida où plusieurs membres d'une même famille seront contaminés par le coronavirus lors d'une fête de mariage à la suite de contacts avec des ressortissants algériens en France. Le danger n'était probablement pas perçu tel qu'il aurait dû être, toutefois cette réjouissance familiale anodine aura de graves répercussions sur l'ensemble de la Wilaya et poussera l'Etat à prendre des mesures terriblement drastiques . On ne pourra jamais oublier cette ambiance apocalyptique qui s'installera immédiatement après, à savoir la mise en quarantaine de la ville de Blida avec ses citoyens complètement désemparés et d'un corps médical effondré. Nous pensions sérieusement alors que cela allait servir de leçon à l'ensemble de la société. En vain. On constatera par la suite que tous les satanés Clusters de Covid-19 auront pour vivier des attroupements humains pour la plupart sans motifs impérieux et cela en dépit des principales recommandations des plus hautes autorités sanitaires. Et on observera aussi par la suite invariablement que chaque Confinement, cloisonnement ou vigilances accrues se traduiront ipso facto par une réduction notable du taux de contamination et inversement, chaque Déconfinement vécu encore une fois de manière aussi peu soucieuse des mêmes recommandations ( qui n'ont jamais cessé d'être aussi cruciales) induira avec une célérité extraordinaire non seulement l'augmentation du taux de contamination mais aussi l'apparition de variant plus dangereux.
Des spectacles affligeants ne cesseront jamais de susciter à la fois notre colère et notre émoi.
Nous verrons pendant le mois de Ramadhan des files interminables de personnes,toujours au mépris des ces mesures sanitaires barrières, face à des étals de fortune en quête de «Zlabia, Karantica ou Charbét» pendant qu'un corps médical réquisitionné depuis des mois se trouvait soumis à un stress effroyable et à des situations tragiques insoutenables. Je n'oublierai jamais le cri de détresse de ces Soldats Blancs qui assistaient impuissants à cette démence collective : « Ayez pitié de nous et restez chez vous.» suppliaient les médecins.
Lorsque l'être humain est incapable d'obéir à une autorité suprême qui lui adresse des injonctions qui ont pour unique but de le protéger et de le maintenir dans une relation harmonieuse et dépourvue de dangerosité au sein du corps social auquel il appartient et duquel il tire son bien-être.
Lorsque l'être humain transgresse délibérément ou néglige les recommandations salutaires et fondamentales à la survie du corps social, le chaos s'installe, la panique déborde de toutes part et les initiatives que les uns et les autres doivent prendre se dérouleront alors dans un climat de défiance voire de violence, comme ultime recours à une situation d'urgence qu'on aurait pu éviter. Toutes les Télévisions du Monde affichaient sur leurs écrans l'injonction suivante «Restez chez vous». En Algérie, même le Ministère des affaires religieuses demandera à tous les Muezzins de se rallier à cette campagne massive de sensibilisation. On commencera dès lors à entendre chaque matin pendant la prière du «Fadjr» l'Imam dire aux fidèles de pratiquer la prière à domicile.
On verra les Gouvernements réduits à traquer dans des lieux insoupçonnés les contrevenants qui désobéissaient à la Loi, à une Loi qui cherchait désespérément à protéger leur vie.
Bon nombre de pays verront leurs sociétés et leurs institutions divisées au sujet de ce droit inaliénable d'user de la Liberté ( de refuser et de transgresser). Quand ces Droits menacent l'équilibre et le bien-être de la collectivité, l'Absolutisme réapparait malgré lui.
Le Président Français Emmanuel Macron, lors de sa récente visite à Tahiti le 25 Juillet 2021, ne manquera pas d'aborder cette question de la Liberté, objet de toutes les querelles et fractures idéologiques . Il n'hésitera pas à fustiger « l'irresponsabilité, l'égoïsme » de ceux qui refusent de se faire vacciner. Il dira à l'encontre de ce front Français constamment insoumis « Si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté alors que vous aviez la possibilité d'avoir quelque chose pour vous protéger et me protéger », en ajoutant que « ce n'est pas ça la liberté» Il ajoutera «Au nom de votre liberté, après-demain vous allez peut-être avoir une forme grave, vous allez arriver à cet hôpital : ce sont tous ces personnels qui vont devoir vous prendre en charge. Et peut-être qu'ils devront renoncer à prendre quelqu'un d'autre, déprogrammer une opération au nom de votre liberté. Ça n'est pas ça la liberté : ça, ça s'appelle l'irresponsabilité, ça s'appelle l'égoïsme. Une société ne tient que quand la liberté de chacun est respectueuse de l'autre» 7
C'est en effet ce que prévoit aussi La déclaration des droits de l'homme et du citoyen -1789 :
«La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits.»
Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) dira lors du pèlerinage d'adieu: « Ne vais-je pas vous informer concernant les croyants ? Il s'agit de ceux dont les gens sont à l'abri vis-à-vis de leurs biens et de leurs personnes. Le musulman est celui qui préserve les gens de sa langue et de sa main». 8 Et toujours à propos de cette obligation qui somme le musulman d'éviter que son comportement représente un danger aussi bien pour sa propre personne que pour sa communauté, on pourra lire dans le Coran cette injonction :
«Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction.»9
En ces temps si durs , nous avons en face de nous, de l'autre coté de la Méditerranée une France déchirée, convulsive et en proie à des réactions populaires violentes et déraisonnables qu'on ne verra jamais chez nous. Une France divisée autour d'une vaccination obligatoire et d'un Pass Sanitaire extensible qui compartimente de facto des populations qui se trouveront forcément lourdement pénalisées et carrément exclues de tous les espaces de vie sociale. Des zombies condamnées à errer dans un no man's land inhumain s'ils ne consentent pas à se plier à ces dernières mesures sanitaires. Pour se dégager de cette crise politique, juridique, philosophique, éthique, la France s'en remet à son Conseil Constitutionnel qui devra se décider ce 05 août, en jouant au funambule, afin de concilier entre des libertés fondamentales et la préservation de la sécurité sanitaire des citoyens.
Le déplorable tâtonnement dubitatif des Etats dans la gestion du Covid-19 est la résultante de ces satanées libertés dont chacun a usé et abusé de manière parfois, osons le dire, quasi criminelle.
Pour calmer nos ardeurs autodestructrices légitimées par un incorrigible sentiment de supériorité que nous confère notre civilisation humaine porteuse de tant d'ambitions, puérile vanité confortée par de multiples conquêtes qui nous donnent ce vague sentiment d'invincibilité, le Virus Covid-19 , tel un prophète ou un juge, est venu dresser un virulent réquisitoire, juste et éloquent, dévoilant à l' Humanité sa pitoyable incapacité à se délester de sa propre propension primitive, pulsionnelle à l'autodestruction . Cette Humanité altière et prétentieuse qui réquisitionne son génie et ses exobiologistes pour chercher dans le vide sidéral ce fameux oxygène vital qui nous permettra éventuellement un jour de coloniser des exo-planètes pendant que sur notre planète mille fois saccagée et outragée, nos semblables, sous notre regard terrifié et impuissant, agonisent dans des hôpitaux par manque d'oxygène. Ce virus est venu également mettre l'épreuve nos sociétés.
On ne verra nulle part ailleurs d'exemple aussi émouvant de liberté et de responsabilité tel que cet élan inédit de solidarité et de mobilisation citoyenne générale qu'on a vu ces derniers jours en Algérie ( Sur le territoire national, dons de ressortissants algériens à l'étranger, particuliers, société civile... ), admirables initiatives pour assister les hôpitaux, palier aux défaillances du gouvernement et contrer les spéculations ignominieuses de certains réseaux criminels.
Il est rapporté dans un hadith du prophète (BSSL) ce qui suit «L'exemple des croyants dans leur amour mutuel et leur pitié l'un pour l'autre ressemble à l'exemple d'un corps : si un membre du corps sent la douleur, tout le corps souffre de l'insomnie et de la fièvre.» 10
Le 20 Janvier 1961 , lors de son discours inaugural, considéré comme l'un des meilleurs discours de ce type de l'histoire américaine, le Président John Fitzgerald Kennedy dira solennellement :
«Et donc vous, mes compatriotes américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Mes concitoyens du monde, ne vous demandez pas ce que les Etats-Unis feront pour vous, mais plutôt ce, qu'ensemble, nous pouvons faire pour la liberté de l'Homme».
Le Peuple algérien est rompu à ce sacerdoce depuis l'Indépendance. Il ne cessera jamais de palier aux monumentales défaillances de ses gouvernements successifs et de bricoler lui-même son propre destin.
La nouvelle république sera bâtie et validée à l'aune de cette empathie nationale qui doit s'ériger en règle, en dogme social et politique et non par le truchement d'une mystification sans cesse animée par une religiosité factice, des simagrées politiciennes ou des cycles d'indignations populaires cathartiques, épisodiques, éphémères.
L'alternative vaccinale à outrance assortie de menace de représailles et d'ultimatum parait à priori sortir tout droit d'un film de sciences fiction, elle demeure pour le moins, même fort contestée, le seul instrument à même d'endiguer cette vague déferlante et terriblement meurtrière d'un virus qui se nourrit exclusivement de nos négligences incurables, l'alternative vaccinale constitue aussi cet espoir inespéré de nous éviter l'effondrement de nos systèmes de santé et in fine une reprise économique mondiale salutaire pour tout le monde.
*Universitaire
Notes :
1- Paul Nizan « Aden Arabie», Rieder, Paris, 1931 - réédition Maspero, 1960 avec une préface de Jean-Paul Sartre
2- Jean-Paul Sartre «L'Être et le Néant», Edition originale : Gallimard, 1943.p.612.
3- Jean-Paul Sartre, «L'Existentialisme est un Humanisme» Ed.Nagel,1946.p. 37
4- Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5200 et par Mouslim dans son Sahih n°1829
5- Coran, Sourate Al-Baqarah, Verset 35 : «Ô Adam, habite le Paradis toi et ton épouse, et nourrissez-vous-en de partout à votre guise; mais n'approchez pas de l'arbre que voici : sinon vous seriez du nombre des injustes».
6- Coran, Sourate 20 (Ta-Ha), Verset -115
7- Journal «Le Figaro» du 25 Juillet 2021.
8- Rapporté par l'imam Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°549
9- Coran, Sourate « Al Baqara «- Verset 195
10- Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6011 et par Mouslim dans son Sahih n°2586


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.