Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2021

La nouvelle administration américaine sous la présidence de Joe Biden semble résolument opter pour une voie plus conforme à la légalité internationale et à la Constitution américaine que celle de son prédécesseur sur la question du Sahara Occidentale.
En publiant mardi soir sur son compte twitter, une carte du monde où le territoire du Sahara occidental apparaît séparé de celui du Royaume du Maroc, le président américain, réhabilite la position traditionnelle de son pays à l'égard de la question du Sahara Occidentale. Une position qui soutient « un règlement du conflit dans le cadre d'un processus politique dirigé par les Nations Unies », tel que rappelé fin juillet dernier par le secrétaire d'Etat adjoint américain aux affaires du Proche-Orient, Joey Hood, lors de son passage par Alger à l'occasion d'une tournée dans les pays d'Afrique du nord.
La carte en question accompagnait un message du président américain Joe Biden dans lequel il s'est félicité de la contribution des Etats-Unis dans la lutte contre la pandémie du Covid-19.
"Dès le premier jour, nous sommes convaincus que nous devons attaquer ce virus (Covid-19) à l'échelle mondiale. Et à ce jour, les Etats-Unis ont expédié plus de 110 millions de doses de vaccins dans plus de 60 pays et bien d'autres", a déclaré Biden illustrant son propos d'une carte des pays de l'Afrique du Nord où le Sahara occidental apparaît distinct et séparé du Maroc, en rupture avec la carte donnée par l'ancien ambassadeur américain à Rabat. Commentant le geste de Biden, le journaliste et opposant marocain, Ali Lmrabet, s'interroge dans un tweet: « Est-ce une erreur ou un message », d'autant plus que, a-t-il dit, « le compte officiel du président des Etats-Unis ne fait rien au hasard » et « ces gens-là réfléchissent mille fois avant de publier quelque chose ». Pour rappel, Trump avait reconnu, le 10 décembre dernier, la prétendue « souveraineté » du Maroc sur le Sahara occidental en échange d'une normalisation des relations entre Rabat et l'entité sioniste. Depuis cette décision, de nombreux appels à travers le monde, et même aux Etats-Unis, ont été lancés, et se poursuivent jusqu'à ce jour, demandant à Joe Biden d'annuler la décision de Trump qui est en contradiction avec la Constitution américaine et le principe du droit à l'autodétermination, reconnu par les Nations unies.
Des organisations et des personnalités politiques américaines, ont lancé plusieurs appels à la nouvelle administration Biden, l'invitant à annuler la proclamation de Donald Trump. Vingt-sept membres du Sénat américain, dont Patrick Leahy et James Inhoff, avaient, dans une lettre exhorté Biden, à annuler la décision de Trump et à tenir l'engagement de Washington pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental.
Pour le moment, l'administration américaine ne s'est pas encore prononcée sur la reconnaissance par Trump, de la prétendue "souveraineté" du Maroc sur le Sahara occidental.
« Aucune décision de ce type n'a été prise. Nous menons des consultations particulièrement avec les parties sur la meilleure voie à suivre, et on a rien de plus à annoncer », avait déclaré en mai dernier un porte-parole du département d'Etat américain, à la chaîne américaine Al-Hurra. Et d'après un autre porte-parole du département d'Etat cité début juin, par l'agence de presse espagnole (EFE), l'administration américaine « poursuit ses consultations » avec les acteurs internationaux sur le dossier du Sahara occidental. « Nous consultons les parties sur la meilleure voie à suivre et nous n'avons plus rien à annoncer » à ce sujet, avait-il répondu à une question d'EFE, concernant l'examen par l'administration Biden de la décision de Tump. Pour rappel, le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, avait appelé lors d'une réunion avec le SG de l'ONU, Antonio Guterres, à accélérer la nomination d'un Envoyé personnel au Sahara occidental, soulignant le soutien des Etats-Unis au processus des négociations politiques entre les deux parties (Maroc et Front Polisario), parrainé par l'ONU. Fin janvier, il avait déclaré que certaines des incitations incluses dans les accords dits d' « Abraham » liés à la normalisation des relations de certains pays arabes avec l'entité sioniste méritaient de faire l'objet d'un « examen attentif », en référence implicite, à, entre autres avantages accordés par Trump, la reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.