Renversement de vapeur ?    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Ligue 2 - Centre-Est: L'USM Annaba confirme ses prétentions    Motsepe face à la presse: L'arbitrage, la Super Ligue et le Mondial 2022 évoqués    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    Premier jour de la grande campagne de nettoiement: Plus de 90 tonnes de déchets collectées    La pomme de terre victime de la pluie    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Développement en stand-by    En un combat douteux    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Malgré l'opposition populaire: Mohamed VI veut aller plus loin dans la normalisation avec les Israéliens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 08 - 2021

Le roi du Maroc, Mohamed VI a adressé vendredi une lettre au président de l'entité sioniste, Isaac Herzog dans laquelle il exprime son souhait d'aller plus loin dans la normalisation des relations, et ce, en dépit du rejet exprimé plus d'une fois par la rue marocaine.
"Je me réjouis des mesures prises pour la reprise des contacts entre nos deux pays. Je suis convaincu que nous allons pérenniser cet élan afin de promouvoir les perspectives de paix pour tous les peuples de la région", a écrit Mohammed VI en réponse à une missive signée par le président de l'entité sioniste et remise par son ministre des Affaires étrangères, au cours de sa récente visite à Rabat.
Le Maroc et l'entité sioniste ont annoncé, entre autres, l'ouverture de représentations diplomatiques et l'échange de visites officielles dont probablement celle du monarque lui-même. Dans sa lettre, le roi du Maroc a dit espérer que le "renouvellement des liens entre les pays encouragera la paix régionale".
Mohamed VI, qui assure la présidence du Comité Al-Qods, organisme chargé de veiller sur les lieux saints de l'Islam dans la vieille cité, n'a, cependant, pas réagi lorsque les Palestiniens subissaient la répression des forces israéliennes dans la ville d'Al-Qods, au printemps dernier. La normalisation des relations entre le Maroc et l'entité sioniste a été décidée dans le cadre d'un deal garantissant au Maroc la reconnaissance, par l'ex-président américain, Donald Trump, de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.
Le rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste a été pourtant massivement rejeté par la rue marocaine. Plusieurs manifestations dénonçant la normalisation ont été organisées dans différentes villes du royaume, certaines d'entre elles ayant été brutalement réprimées.
Au mois de mars dernier, "le Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation" a été créé par des associations marocaines activant dans différents domaines. Un mois plus tôt, le Groupe d'action national pour la Palestine au Maroc avait appelé à renouveler la mobilisation continue des Marocains, pour organiser des rassemblements populaires d'envergure contre l'accord de normalisation, qui menace la stabilité de toute la région, dénonçant "la politique du chantage et de diabolisation menée par le régime contre les Marocains libres qui rejettent toute relation avec l'entité sioniste".
«Désastre»
Le président de l'Observatoire marocain contre la normalisation, Ahmed Wihmane, quant à lui, a qualifie de "désastre" la normalisation des relations entre le régime marocain et l'entité sioniste.
Plus récemment, le secrétaire général de l'Observatoire marocain contre la normalisation, Aziz Hanawi, s'est interrogé dans une tribune postée sur Facebook si le Maroc ne faisait pas office d'antenne diplomatique israélienne en Afrique, et ce suite à la publication d'un article de la MAP qui a qualifié l'attribution de la qualité d'observateur à l'Israël auprès de l'Union africaine (UA) d'"échec pour la diplomatie algérienne".
"Le retour d'Israël à l'UA comme observateur est-il pour autant une victoire diplomatique pour le Maroc ?", s'est encore demandé le secrétaire général de l'Observatoire marocain contre la normalisation en s'adressant à l'auteur de l'article.
Estimant que "cet article officiel" publié sur le site de la MAP était un autre scandale qui vient s'ajouter à la série des scandales du Royaume marocain, M. Hanawi a cité, entre autres scandales, celui de Bourita lors de son passage à "Aipac" (Comité américano-israélien des affaires publiques), le scandale de l'ambassadeur du Maroc aux Nations unies, Omar Hilale, et ses positions "pro-sionistes " ainsi que son soutien à "l'autodétermination de la Kabylie", outre les scandales de Bayoud, le responsable du bureau de liaison du Maroc à Tel-Aviv.
"Le Maroc dont le souverain préside le Comité El Qods est-il tombé aux mains d'une bande de responsables qui activent comme s'ils représentaient le gouvernement de Tel-Aviv et non de celui de Rabat?", s'est-il également interrogé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.