La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Les douanes sont-elles des passoires?    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La renaissance    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    4 corps de harraga repêchés    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    Massacres du 17 octobre 1961 : de la connaissance à la reconnaissance ?    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Masque capillaire au yaourt et au miel    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    Qu'en est-il du brut algérien ?    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    Afin que nul n'oublie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Selon son PDG, Toufik Hakkar: Sonatrach table sur une recette de 30 à 33 milliards de dollars
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 09 - 2021

Le Groupe pétrolier-gazier Sonatrach table sur une recette se situant entre 30 et 33 milliards USD pour l'année 2021, a indiqué, hier lundi, son PDG Toufik Hakkar.
En effet, s'exprimant sur les ondes de la Radio nationale, le PDG de Sonatrach a mis en avant «l'aisance financière du groupe pétrolier-gazier Sonatrach, en raison des décisions judicieuses de l'OPEP et l'amélioration du marché mondial». Faisant état des nouveaux projets de la compagnie nationale, dans le cadre de la stratégie à l'horizon 2025, Toufik Hakkar a d'abord parlé du renouvellement des réserves nationales en hydrocarbures, indiquant que «malgré la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, Sonatrach a réussi à renouveler ses réserves à hauteur de 120% en plus du développement des industries de transformation pour couvrir les besoins du marché national».
Chiffres à l'appui, le PDG de Sonatrach a également indiqué que le groupe «a réalisé des recettes de 21 milliards de dollars USD a fin août 2021 contre 13 milliards l'année dernière», a-t-il affirmé. Au sujet du volet investissement et des exportations de gaz naturel liquéfié, Toufik Hakkar a fait état de «capacités considérables en matière d'exportations par gazoduc, des capacités qui peuvent suffire jusqu'à 2030, à part la réalisation en cours de quelques projets comme l'élargissement du port pétrolier de Skikda pour permettre l'accostage des gros navires de transport et du coup faciliter l'accès au marché asiatique et sud-américain», a-t-il révélé. Rebondissant sur le volet investissement et les perspectives offertes par le marché africain et les pays voisins, l'invité de la Radio a déclaré que son groupe «s'intéresse de près à ce marché», précisant que Sonatrach «a des projets en développement au Pérou avec des rentrées de 150 millions de dollars USD, outre les études en cours pour développer nos explorations en Libye et au Nigeria», a-t-il souligné.
Au sujet des investissements étrangers dans le secteur des hydrocarbures, le PDG de Sonatrach a indiqué «qu'avec le début de l'année prochaine, des accords seront passés avec des partenaires étrangers pour l'exploration et la production, d'où le travail mené actuellement par le département de l'énergie pour améliorer le climat des affaires, comme la débureaucratisation de l'acte économique et la révision des textes réglementaires afin de capter plus d'investisseurs». «Encourager les petites et moyennes entreprises algériennes et encourager les jeunes compétences à investir ce créneau porteur, fait également partie de nos objectifs», a encore souligné Toufik Hakkar ajoutant que Sonatrach «table, dans le cadre de sa stratégie globale, sur la production d'hydrogène vert pour se mettre au diapason de ce qui se fait de mieux dans le monde en matière d'énergies propres».
Dans une évaluation intermédiaire de l'indice de gouvernance des ressources pour l'année 2020, publié par l'Institut de gestion des ressources naturelles de New York, le groupe Sonatrach «a enregistré une progression remarquable dans son classement, avec une augmentation de 18 points par rapport à 2017, et sa performance est ainsi considéré comme satisfaisante et positive», a conclu le PDG de Sonatrach.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.