Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La montée des extrémismes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2021

Dans son infini parcours, l'Histoire a la manie de se répéter. Elle s'y applique rarement pour le bonheur des hommes en leur infligeant la panoplie des dramatiques entorses pour leur rappeler que nombre d'entre eux, dans leurs comportements et dans leurs convictions, n'échappent pas à des similitudes des comportements avec la race animale. Les rappels de ses souvenirs, pour peu qu'on prenne la peine de les lire, renvoient sans cesse aux maléfices subis par l'espèce humaine avec un décompte de millions de morts.
Aujourd'hui, la montée des extrémismes et la poussée des nationalismes des alois tordus dégagent les relents des holocaustes vécus les siècles passés et mettent en avant des discours effarants de l'eugénisme sources de catastrophes naissantes. A écouter maintenant l'argumentaire raciste et xénophobe de quelques apôtres autoproclamés des extrêmes droites européennes, on est éclaboussé par les jets fétides de l'ère du troisième Reich hitlérien sauf que l'Arabe, le Noir et le Rom ont l'air de supplanter le Juif.
Quand on exige de ne se prénommer que Paul et Pierre seulement et que l'on affirme que le nom de Zohra ou Zineb a la consonance d'un jihad, on nage à l'évidence dans la génétique alambiquée. Le plus drôle est que certains de ceux qui se sont mis à cultiver l'ignominie du discours feignent d'ignorer leurs origines et la couleur de leurs écussons. Himmler et consorts n'ont pas fait mieux dans la dénégation et les lampions fatidiques d'hier ont l'air de se rallumer.
Mais l'Histoire ne se contente pas d'étaler ses pages noires. Elle secoue aussi les consciences des intellectuels de surface de tous bords, ailleurs comme ici, pour les prévenir que la vie d'une nation peut ne tenir qu'à un fil. En surfant par démagogie et par populisme sur la répétition des crises, aveuglés par des approches politiciennes primaires et précipitées, ils se rendent complices des entrains des plus terribles catastrophes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.