Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La sculpture est-elle « maudite»?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 09 - 2021

J'ai lu, tout dernièrement, une contribution de presse (El Watan/S. Arslan, samedi 18 septembre 2021) consacrée à une conférence -de 40 mn- organisée par l'Université américaine de Yale (Ucla/Californie) et consacrée, tenez-vous bien, au sort de la «Statue de Zighout Youcef», l'«histoire d'une œuvre d'art et de mémoire». Un sujet qui figure dans un ouvrage devant bientôt paraître et consacré au «devenir des statues coloniales françaises en Algérie et en France», signé Susan Slymovics, professeure d'anthropologie des langues et cultures proche-orientales.
Surtout ne pas s'étonner par un choix pareil à l'heure où dans bien des pays occidentaux, sous la pression d'une large frange des populations, les statues et autres représentations des personnages «historiques» colonialistes, esclavagistes, sécessionnistes (ceci pour les Etats-Unis) sont «déboulonnées» et remisées soit dans les caves, soit en des endroits plus discrets, soit, alors, accompagnées d'indications précisant les hauts faits du personnages ainsi que ses méfaits et ses crimes. Pour moi, la meilleure leçon d'Histoire !
Mais que veut donc démontrer notre bonne dame? On le saura à la sortie de l'ouvrage.
Pour l'instant, ce qui est intéressant, c'est l'aventure, ou plutôt la mésaventure, les pérégrinations et les interdictions connues (à noter que les choses ont quelque peu évolué depuis un certain temps puisque les monuments commencent à fleurir) par l'actuelle magnifique statue de notre héros national qui trône, enfin, depuis février 2021 sur la place principale de la ville de Zighout Youcef. 53 années faites d'attente et, surtout, de faux barrages (surtout politiques: Boumediene puis Chadli) puisque la statue (de 2,60 m de haut) est inaugurée le 20 août 1969 à Constantine, place de la Brèche, à la place du «Coq gaulois» (auparavant démoli le 27 juillet 1962), puis enlevée en 1972 finissant sa course dans les locaux de la mouhafadha de la ville.
A travers la recherche de l'anthropologue, le sculpteur (et peintre) Ahmed Benyahia raconte et se raconte car, à vrai dire, cet «artiste 100%», un des premiers diplômés des Beaux-Arts d'Alger et élève, à Paris, de César, représente (ou représentait) la place «maudite» de l'artiste (comme le poète) dans la cité: envié parce que créatif et libre, méprisé parce que ne s'intéressant pas assez à l'argent et à la politique et rejeté parce qu'il bouscule, quelque part, les codes officiels des pouvoirs et de la société. Des pouvoirs et une société qui refusent de cultiver non pas seulement leurs propres mémoires mais la Mémoire collective et historique pour peu qu'elle ne les arrange pas ou les gêne dans leurs projets, leurs ambitions et/ou convictions.
Ainsi, des pierres de ruines romaines et de certaines églises détruites (Annaba, Skikda…) ont servi à la construction de demeures «modernes», les «zizis» et les poitrines des statues ont été recouverts, même dans des musées et la belle de Ain Fouara/Sétif a été «violée» à coups de marteaux plusieurs fois. Et, la «gazelle» de Annaba a échappé au marteau car «Diane la Chasseresse» était assez couverte, de même que la porteuse d'eau de la place de Bir Mourad Raïs (bien que mal ou pas entretenues).
Ainsi, on arrive difficilement, 60 ans après l'indépendance, à produire des œuvres d'art de qualité, faisant courir les foules, chacune d'entre elles rapidement «descendue en flammes» parce que «moche» ou «trop belle», quand ce n'est pas «haram». Peut-être quelques beaux «restes» à l'Ecole nationale des Beaux-Arts? Je ne sais pas.
Pour l'anecdote: Ahmed Benyahia avait réalisé une magnifique sculpture (voir photo de couverture d'un ouvrage édité en 1976 par le Mic, «Dix années de réalisations: 19 juin 1965-19 juin 1975) érigée à l'entrée du village socialiste de la Révolution agraire El Quanar/Jijel).
Elle a disparu en même temps que les villages, que le socialisme et qu'une bonne et belle partie de l'agriculture. Où se trouve-t-elle si elle existe encore ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.