Quel dénouement pour la grève des avocats ?    T'wakhdhet !    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Vente de médicaments sur Instagram    Il faut résoudre «une fois pour toutes» le conflit au Sahara Occidental    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    «L'Algérie reste une excellente équipe de football»    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Statu quo au sommet    Quel test est le plus fiable ?    Saisie d'une quantité de drogue dure et arrestation de trois mis en cause    Deux en un sur le podium    La question actuelle de la décolonisation des savoirs    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Cap Blanc: Un grand filet fantôme renfloué    La boîte de Pandore    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Un pays antichoc    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    Depay dans le viseur    Les Canaris se rapprochent du podium    La Juve veut Vlahovic, mais...    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Les activités du PST gelées    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Laichoubi, ancien ministre et ambassadeur: «Les propos de Macron sont graves et sans précédent»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 10 - 2021

  Les propos du président français Emmanuel Macron sur l'Algérie continuent de susciter de vives réactions en Algérie et même en France.
Partis politiques, organisations nationales, personnalités publiques, société civile, les propos du président français sur l'Algérie provoquent colère et indignation.
L'ancien ministre et diplomate, Mohamed Laichoubi, a qualifié les propos du locataire de l'Elysée de «propos sans précédent» et «d'ahurissants venant d'un chef d'Etat». S'exprimant sur les ondes de la Radio nationale, Laichoubi a estimé que «le plus grave dans cette histoire, c'est que ces déclarations ont été faites avec un simplisme brutal dans un espace d'échange arrangé pour lui et dans lequel il n'y avait aucun débat contradictoire». L'ancien ministre et ambassadeur a fait part, dans ce même contexte, «de sa vive indignation pour ces propos haineux et attentatoires du président français sur l'Algérie, son peuple, ses institutions et sa glorieuse et ancestrale Histoire», ajoutant que «la France coloniale ne supporte pas de voir l'Algérie occuper une position éminente et respectable sur les deux scènes, régionale et internationale», a-t-il relevé.
Toujours selon Mohamed Laichoubi, «les graves accusations du président français confirment ainsi que la France n'arrive pas à se défaire de son complexe colonial». Parmi les raisons qui ont poussé Macron à faire ce genres de déclaration, l'ancien ministre cite «la campagne électorale pour la prochaine présidentielle française, il veut ainsi séduire l'extrême droite», a-t-il estimé. Le conférencier international a également affirmé que « la présence française est partout discréditée, puisqu' elle a été évincée du Moyen-Orient : actuellement, la France n'a pas les capacités financières ni militaires de maintenir sa présence à l'étranger, la preuve, elle a réduit son contingent de l'opération «Barkhane» au Sahel ; la France est réellement en difficulté», a-t-il tranché. «Pour se rattraper, lors de son dernier déplacement au Maroc, le président français a établi avec le Makhzen une stratégie pour aller à la conquête de l'Afrique, en même temps, la France de Macron et le Maroc tentent de réduire la capacité d'influence et la présence de l'Algérie à l'Union africaine», a encore argumenté l'ancien diplomate. «C'est une stratégie étudiée depuis des années, cela veut dire que la France et ses amis estiment toujours que la pensée coloniale est la bonne solution pour reconquérir une situation de prédominance», a-t-il conclu.
Après les propos de Macron toujours non démentis officiellement par l'Elysée, l'Algérie a rappelé, samedi, son ambassadeur, Mohamed-Antar Daoud, pour consultation. Le locataire de l'Elysée lors d'une rencontre, tenue jeudi dernier à l'Elysée avec un groupe de jeunes Franco-Algériens, s'en est pris avec des mots crus à l'Algérie, parlant de «haine de la France». «Le système algérien est fatigué, le hirak l'a fragilisé et le président Tebboune est pris dans un système très dur», selon les propos tenus par Macron suscitant la colère d'Alger. Plus grave encore, Macron s'est interrogé sur l'existence d'une nation algérienne avant la colonisation française. Pour Alger, le seuil de l'intolérable était allégrement franchi, rappelant illico presto son ambassadeur à Paris. La tension était déjà montée d'un cran quand l'ambassadeur français a été convoqué au siège du ministère des Affaires étrangères à Alger, pour protester contre la réduction des visas accordés aux ressortissants algériens, décidée par Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.