Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Croissance factice
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 10 - 2021

Fini les inquiétudes pour la croissance économique en Algérie ? La tendance haussière du marché pétrolier, avec un baril qui frôle les 85 dollars, qui va se maintenir durant le troisième trimestre de l'année en cours et se prolonger jusqu'en 2022, à cause d'une demande grandissante provoquée par la reprise économique mondiale, ainsi que la hausse des prix du gaz et du charbon, oblige à une révision des estimations prévisionnelles de la croissance économique en Algérie. Le Fonds monétaire international (FMI) a déjà reformulé son bilan, jugé à l'aune de cette nouvelle donnée, en considérant l'avenir un peu plus radieux dans le sillage de cette hausse du prix du baril.
De 2,9%, la croissance a été portée à 3,4%, accompagnée d'une baisse du déficit de la balance du compte courant (-5,5% pour 2022, soit très loin des 12,7% de 2020). Mais tout n'est pas rose pour le FMI, qui garde les inquiétudes intactes concernant le taux de chômage, qui devrait continuer à augmenter à la fin 2021 et 2022 pour atteindre respectivement 14,1 et 14,7%. Une inquiétude que le gouvernement compte atténuer avec le lancement de l'allocation chômage en 2022, qui viendrait remplacer l'emploi précaire, ou les contrats préemplois à l'arrêt depuis quelques années, très complexes à gérer dans le temps, en attendant des jours meilleurs en matière de création d'emplois, qu'on ne peut espérer qu'avec la relance de l'investissement, et du temps pour voir les projets se concrétiser et atteindre le stade de la production. Mais faut-il se fier, les yeux fermés, à cette hausse du prix du baril ? C'est un marché imprévisible.
Même si tout plaide aujourd'hui pour une hausse des prix du pétrole sur le moyen terme, à l'image de l'accentuation de la demande avec la reprise de croissance économique mondiale, et l'explosion des prix du gaz et du charbon, les prévisions restent très prudentes. Tout peut changer d'un jour à l'autre selon des paramètres absolument imprévisibles, comme les guerres, les changements climatiques ou l'arrivée sur le marché du pétrole iranien si on arrivait à un accord sur le nucléaire iranien.
L'inquiétude réelle pour l'Algérie, donc, c'est de dépendre encore des hydrocarbures, des paris sur le prix du baril, pour se projeter dans l'avenir. En témoigne ce changement des chiffres du FMI concernant la croissance économique en Algérie dans un laps de temps très court. Logiquement, cela n'exclut pas un changement rapide du bilan vers le pire dans le cas où le baril plonge.
Le FMI ne croit-il pas en la capacité de l'Algérie de diversifier son économie ? Dans un dernier communiqué sanctionnant les travaux de sa mission en Algérie, le FMI avait salué les efforts des autorités pour réduire les restrictions à l'investissement direct étranger et leurs plans de modernisation du cadre juridique de l'investissement et de la concurrence, ce qui contribuerait à diversifier l'économie et réduire sa dépendance aux hydrocarbures et à favoriser l'investissement du secteur privé et la création d'emplois. Les efforts engagés dans le cadre de la diversification de l'économie sont clairement reconnus par le FMI, mais c'est comme si on ne croit pas à leur souffle long.
A cause, peut-être, des lenteurs sur cette voie. Le défi pour l'Algérie, c'est d'aller, donc, avec plus de détermination et de rapidité vers ces réformes économiques qui réduiraient sa dépendance aux hydrocarbures. Au-delà de cette vérité, toute croissance ne serait que factice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.