Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une union truffée de non-dits
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2021

Le bras de fer actuel entre le pouvoir polonais d'extrême droite et l'Union européenne est significatif d'une mésentente profonde annonciatrice d'une coulée en douceur de l'union de 27 Etats du vieux continent. Le froid et les échanges de mots aigres-doux qui s'apparentent à un véritable conflit sont nés de la non-acceptation de la Pologne de se soumettre et d'appliquer chez elle les directives et les lois de Bruxelles jugées incompatibles avec la souveraineté de Varsovie. La réputation caractérielle des Polonais est suffisamment connue pour ne pas déduire que la fâcherie actuelle entre les deux parties a de fortes chances de déboucher sur l'élargissement de la fissure déjà provoquée par le Brexit.
La mauvaise humeur des nouveaux dirigeants de la Pologne n'est pas due à une petite colère passagère car leur décision de tourner le dos à la soumission qui leur est exigée est une posture naturelle née des énormes blessures faites par une Histoire très perturbée. Pour un pays souvent effacé des géographies des mappemondes, ayant souvent vécu l'enfouissement de leur souveraineté, il est aisé de comprendre pourquoi les Polonais s'accrochent farouchement à leur totale indépendance.
Le différend actuel et sa tendance à prendre de l'ampleur est plus qu'une escarmouche verbale. Il lève davantage le voile sur la configuration d'une union régionale truffée de non-dits à laquelle chaque pays membre a adhéré avec des arrière-pensées en s'appliquant à tirer ses marrons du feu. L'Union européenne a peut-être mal fait de se délester de son ancien nom et de se débarrasser du plus opérant qualificatif de communauté économique européenne. Marché commun et marché d'échange, elle ne pouvait échapper à des batailles rangées entre ses membres avec des incidences trop évidentes sur leurs acteurs économiques et sur leurs concitoyens. La dernière lâchée de la Grande-Bretagne est une certification de l'absence d'un esprit commun. La montée des nationalismes et l'avancée des extrémismes sont des indices de la décrépitude d'une volonté d'union.
En présageant d'ériger une communauté continentale politique, les membres fondateurs n'ont pas tenu compte des intérêts nationaux divergents entre chaque pays et leurs prolongements sur la conduite de la politique étrangère de chacun. La rébellion de la Pologne le démontre aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.