Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    Ce qui va changer pour voyager en France    La construction de logements en plein boom    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La culture se perd
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 10 - 2021

Le public tébessi est-il en rupture de ban avec le fait culturel ? Un constat relevé et observé lors des manifestations à caractère culturel ou artistique. Certains vous diront que c'est par lassitude, de la rengaine des activités culturelles qui ne répondent pas ou peu aux goûts et attentes des gens. C'est toujours les mêmes choses qui reviennent sans innovation ni recherche pour amender les contenus. Des rendez-vous se comptant sur les doigts des mains, destinés souvent à garnir plutôt des programmes d'un calendrier officiel que de satisfaire à la demande d'un public diversifié dans ses choix, exigeant de son regard critique, en comparaison à ce qui se fait sous d'autres cieux. Conséquence, il est de plus en plus délicat pour faire venir le public vers les rares salles de spectacles encore fonctionnelles. Et pourtant les gestionnaires du secteur de la culture essaient d'attirer les gens, à travers les quelques manifestations, journées théâtrales, littéraires ou cinématographiques et salon des arts plastiques, qui, faut-il le rappeler, n'arrivent pas à s'incruster dans la vie locale. Récemment, la tenue des journées littéraires, qui pourtant sont à leur 12e édition, n'ont pas drainé le public escompté, qui aurait créé l'animation tant attendue en pareille occasion. La grande salle de la maison de la culture est donc restée à moitié vide, uniquement occupée par les participants eux-mêmes.
Que faut-il faire pour pouvoir faire venir le public à assister en nombre à des spectacles, souvent organisés dans une atmosphère froide, à la grande désillusion des artistes, écrivains venus enthousiasmés présenter leurs travaux avec l'idée de créer une ambiance chaleureuse chez le public, sauf que celui-ci continue de bouder. Pour Taoufik, cinéphile et lui-même photographe, «la question est de savoir quel produit culturel propose-t-on pour quel public ? Sachant que ce dernier évolue dans ses besoins, en fonction de certains paramètres sociaux et du niveau d'instruction.
Les gens veulent des œuvres culturelles de qualité, selon leur demande et la concurrence fait la différence. Moi-même, je fais l'effort pour rendre visite à une exposition-photos, tout en m'interrogeant sur son thème, ses objectifs recherchés, les nouveautés par rapport à d'autres manifestations du même genre. Et puis ce déficit flagrant en matière d'information». Même tempo chez Mohamed qui, lui, constate quelque peu désabusé «sur les normes de l'organisation des rencontres dites culturelles ou artistiques, qui doivent à mon avis revenir à des vrais professionnels, car les lacunes relevées çà et là influent forcément sur la qualité des spectacles donnés, qui, au final, font fuir (c'est le mot) le public. De même pour ce qui est des infrastructures actuelles ne répondant pas aux conditions d'accueillir des manifestations culturelles. Je voyage beaucoup et je vois ce qui se fait ailleurs. Pas plus loin qu'en Tunisie, avec peut-être moins de moyens, mais un savoir-faire bien rodé, nos voisins arrivent à mettre en place des rendez-vous culturels bien ficelés, depuis l'accueil jusqu'au bon déroulement d'un salon du livre, d'une représentation théâtrale ou d'un festival de folklore, par exemple ». Alors faudra-t-il revoir de fond en comble les règles de l'organisation de nos activités culturelles, à commencer par la dotation des structures équipées, disposées à abriter telle ou telle manifestation. Mais aussi former le personnel qualifié à gérer ces structures, salle de spectacles, théâtre, bibliothèque, galerie de peinture ou cinéma. Et puis comment inculquer au public, les normes de bienséance en se rendant voir un gala de chant ou une exposition d'artisanat. Une imprégnation qui doit débuter au sein de la famille et poursuivie à l'école, afin d'élever la chose culture au stade d'un bien civilisationnel commun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.