Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Un challenge au sommet de l'UA    «Le pays est toujours ciblé»    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Corruption: De nouvelles révélations sur l'affaire SNC-Lavalin
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 10 - 2021

«Il y a une vingtaine d'années», la Société canadienne «SNC-Lavalin a eu recours aux services du conseiller financier personnel de l'ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher pour payer des pots-de-vin en Algérie», selon le quotidien québécois ‘La Presse', citant une enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).
Les nouvelles révélations concernent le projet du Complexe gazier de Rhourde Nouss, gigantesque installation construite dans la région d'Ouargla. «Il a été développé en partie par SNC-Lavalin pour la Société d'Etat algérienne Sonatrach, à partir de la fin des années 1990», écrit ‘La Presse' dans un article intitulé «L'Algérie revient hanter SNC-Lavalin» publié jeudi dernier.
Selon la même source, l'enquête «affirme clairement que des pots-de-vin ont été versés» via un «nouveau canal» qui «impliquerait un lien très ancien entre un cadre de l'entreprise et un acteur important dans le monde de la Finance offshore», précisant que ces «allégations» concernent des «personnes qui ne travaillent plus pour la multinationale» et «ne sont accusées de rien à ce stade».
Le journal rapporte qu'une «perquisition pour aller chercher des documents additionnels au siège social de SNC-Lavalin» menée en février 2020, concernant un contrat de construction d'un pont routier ‘Jacques-Cartier' (à Montréal, ndlr), «attribué au consortium de SNC-Lavalin, le 12 octobre 2000», a permis le «dépôt d'accusations de fraude contre l'entreprise et deux ex-cadres, le mois dernier (le fonctionnaire corrompu mis en cause dans cette affaire avait déjà été condamné en 2017 après avoir admis les faits)».
Ainsi, «un cadre de l'entreprise montréalaise aurait contacté un mystérieux conseiller financier installé dans le paradis fiscal de Jersey» avant de lui envoyer une «ébauche de contrat qui devait permettre de faire transiter des paiements de près de 2 millions de dollars, à travers une société-écran» détenue par Hugh Thurston ancien «conseiller financier personnel de l'ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher», ajoute la même source.
«Selon la GRC, le mystérieux financier de Jersey avait déjà aidé la firme par le passé par l'entremise de son entreprise personnelle, qui agissait comme «représentant» de SNC-Lavalin en Algérie», précise-t-on. «Cette compagnie de représentant a été utilisée par SNC-Lavalin International pour des paiements de pots-de-vin à certains individus en relation au projet Rhourde Nouss en Algérie», ajoute ‘La Presse', citant l'enquête de la GRC.
Si, finalement, l'opération de faire transiter des paiements de près de 2 millions de dollars, dans le cadre du contrat du pont ‘Jacques-Cartier', n'a pas transité par la société écran de Hugh Thurston, elle a été réalisée via une autre «société de consultants établie au Liban». «Les comptes en Suisse de cette société auraient ensuite servi à transférer discrètement 2,2 millions de dollars au P-DG de la Société des ponts fédéraux qui avait truqué l'appel d'offres pour les travaux du pont Jacques-Cartier», lit-on dans l'article, qui précise que «la dépense aurait faussement été imputée dans les comptes de l'entreprise à des frais de représentation pour des projets en Algérie et en Libye». Invité à réagir, «un porte-parole de SNC-Lavalin affirme que l'entreprise n'a jamais eu vent que le versement allégué de pots-de-vin liés au projet gazier de Rhourde Nouss avait fait l'objet d'une enquête policière, ce qui laisse entendre que le dossier n'a peut-être pas été plus loin», écrit ‘La Presse'. L'enquête canadienne estime qu'un «troisième cadre s'était rendu coupable de fraude». Il s'agit de «Michael Novak, ancien président de la division SNC-Lavalin International, qui a quitté l'entreprise en 2013» qui, selon des «documents judiciaires», «a signé des conventions destinées à autoriser les paiements faussement attribués aux projets en Libye et en Algérie, alors que l'argent était en fait destiné à un fonctionnaire canadien corrompu». Selon l'article, «l'ambassade d'Algérie à Ottawa n'a pas donné suite» à la «demande de commentaire» du journal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.