Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En rang serré
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 12 - 2021

L'important constat à retenir des dernières élections est celui de la remarquable mue du Front de libération nationale. Non pas qu'il s'agisse du retour d'une dorure d'un blason terni depuis l'indépendance, loin s'en faut, mais de la lente extinction d'une stature d'un front politique né dans le feu que les opportunismes voraces ont profondément perverti jusqu'à être abasourdi par les réclamations de son classement au musée. L'heure présente n'est plus à la déclamation justifiée contre un parti politique pour qu'il se mette en touche, puisque le temps a fait son œuvre et que l'on voit bien que le FLN n'est plus qu'un parti comme un autre après avoir rendu de loyaux services.
On doit convenir aujourd'hui qu'une stratégie de génie a transporté son aura gonflé avec une relative douceur dans un recoin de grenier. On est obligé de comprendre et sans doute d'admettre qu'il a été une arme propice pour déblayer les lourdes charges dangereuses des conjonctures délicates traversées par le pays et l'histoire dira s'il faut le féliciter pour ses services rendus.
Son cousin germain, le Rassemblement national démocratique est logé à la même enseigne. L'un comme l'autre aura servi un temps de paratonnerre contre des turbulences décidées à mettre le pays à terre. Dans l'analyse de leurs bilans de plusieurs décennies très mitigés et décriés, il serait injuste de ne pas adjoindre la disponibilité et l'engagement de plusieurs de leurs militants à se mettre aux avant-postes au péril de leurs vies face aux bourrasques terrifiantes qui menaçaient de faire exploser le pays. Ils s'y sont engagés au moment où des armateurs du verbe rasaient les murs en se méfiant de leurs ombres.
La part des choses est évidemment de mise dans la mêlée des conjonctures et seule la grande histoire peut se targuer de se vêtir de la toge divine pour qu'elle attribue aux faits et aux actes leurs réelles densités.
Comme attendu, le recyclage s'opère et le militantisme change de carapace pour s'adapter au sens du vent. Peu importe. Le constat est que la marche en rang serré d'avant a finalement disparu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.