Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ennemi aux sept têtes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2021


En riposte à la trahison du régime du Makhzen, des milliers de Marocains sont descendus dans la rue en solidarité avec le peuple palestinien. Ici faux portrait croisé d'un Palestinien et son congénère algérien dans une quête sans quai ni halte à destination d'une vie plus «vivable», et un monde où l'élégance ne meurt pas foulée aux pieds des lourdauds... Le Palestinien n'a pas de terre ni des soldats en tenue de combat, capables de le défendre contre l'ennemi aux sept têtes, mais il a un drapeau en tissu de fabrique locale, des partis politiques extra-muros et des roquettes dans le rôle d'épouvantail pour faire peur aux oiseaux de mauvais augure. L'Algérien, lui, a une terre, un drapeau, des partis politiques trisomiques parce que victimes de mauvaises manipulations de laboratoire, une prodigalité d'or noir, un foisonnement de blé... étranger et même des avions ultramodernes, mais pas de boulot, ni de logement, ni de permis d'aller de l'avant parce que coincé dans son starting-block «piégé» par des pieds bots. A part le «coup de main» ami, vite oublié par le coup de pied ennemi et quelques offrandes pour ne pas se sentir trop à l'étroit» dans sa terre détournée, le Palestinien n'a rien pour vivre, mais (sur) vit pour décrocher un morceau de terre un jour qui viendra. L'Algérien, lui, vit dans un pays aux dimensions quasi cosmiques mais souffre d'une claustrophobie qu'aucun toubib n'a pu diagnostiquer. Au point que vivre contorsionné dans un cube d'eau froide est pour lui (l'Algérien) un jardin d'Eden que n'offre même pas un pays inoccupé aux trois quarts de sa superficie en friche. Même qu'un harrag du pays de Mahmoud Darwich ne regarde pas dans la même direction qu'un harrag algérien, pro parmi les pros dans l'art de la fuite vers l'ailleurs. Le premier quitte son pays pour fausser compagnie à l'odeur irrespirable de la faucheuse et gagner un temps... soit peu en longévité, et le deuxième qui défie les lois de la géographie pour abréger sa vie dans un dernier râle, offert en macabre symphonie aux planctons. Aussi vrai que ce pays ressemble comme deux gouttes d'eau en suée à ce corps dont les organes vitaux sont très malades, la sardine est-elle la seule à pourrir par la tête après sa mort ? Et même si la chirurgie fait du bien, là où elle a pour «vocation» de faire mal, seul le bistouri est à même de réparer un organe malade et lui éviter une douloureuse amputation. Mais, au fait, peut-on arracher une tête pourrie à un corps moribond ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.