Benabderrahmane donnera le coup de starter    Sommet arabe: Stéphane Dujarric confirme la participation du SG de l'ONU    Lamamra reçoit le SG adjoint de la Ligue arabe    Médias en temps de Guerre: le Forum de la Mémoire salue le rôle pionnier de feu M'hamed Yazid    Arrivée à Alger de la dépouille de la journaliste et moudjahida Zineb El Mili    «Air Algérie ouvrira de nouvelles dessertes»    Le 12e Salon international des énergies renouvelables en octobre à Oran    La promotion de l'industrie pharmaceutique cheval de bataille du gouvernement    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Ligue 1 (6e journée) : le RCA pour enchaîner, l'USB en quête de rachat    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    Visite surprise de Belaribi au stade de Douéra    Real : Ceballos ne subira pas le même sort que Asensio    Real : Bonne nouvelle pour Benzema    Barça : Ronald Araújo opéré avec succès    Santé: lancement d'un Plan national stratégique contre la rage 2023-2027    La fête du Mawlid-Ennabaoui Echarif célébrée samedi 8 octobre    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes, El-Bakari et Houza    Football/sélection algérienne : les Verts tout proches d'un vieux record national    Hémopathies : appel au renforcement des centres des maladies du sang    Sonelgaz: le problème de recouvrement des créances entrave la réalisation des investissements programmés    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    «Bouclier du désert 2022»: Exercices militaires algéro-russes en novembre    Benabderrahmane reçoit un appel téléphonique de son homologue française    Tlemcen: Le tourisme comme moteur de croissance    El Tarf et Adrar: D'importantes quantités de psychotropes et de mazout saisies    Des plaques à côté de la plaque    Ligue arabe: Le Sommet de toutes les attentes    Sonelgaz Es-Sénia lance une opération de recouvrement: 6.252 millions de dinars de créances impayées    En majorité du gasoil: 15,6 millions de tonnes de carburants consommées en 2021    Une commission et des Interrogations    Les prix s'envolent    Les propositions des spécialistes    La nouvelle acquisition du CHU d'Annaba    L'Algérie dévoile sa stratégie    Au moins une «dizaine de morts» dans une attaque terroriste    Perez pourra se faire plaisir au Mercato    L'Algérie décroche deux médailles    Hommage à Sirat Boumediene    Promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Un colloque international sur le théâtre amazigh    Le wali, homme-orchestre    Peaux de banane !    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bipolarisation actualisée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 12 - 2021

Le sommet pour la démocratie organisé ces derniers jours par le président américain Joe Biden, comme par ce dernier lors de sa campagne électorale, force-t-il le retour à un monde bipolaire ? En invitant quelque 110 pays à ce sommet, tenu en visioconférence, les 9 et 10 décembre derniers, Joe Biden a tracé une nouvelle carte du monde, constituée de deux systèmes politiques, avec d'un côté les pays qui partagent les valeurs démocratiques et d'un autre les pays autoritaires, voire dictatoriaux, selon une vision actualisée de la bipolarité mondiale datant de l'époque de la guerre froide. Les pays qui n'ont pas été invités à ce sommet, parmi lesquels figurent l'Algérie, la Chine, la Russie, la Turquie, la Hongrie, et bien d'autres (en tout plus de 60 pays), commencent à se poser des questions, légitimes, sur l'avenir de leurs relations avec les Etats-Unis.
Si pour la Chine et la Russie, les raisons de leur mise à l'écart du groupe des pays démocratiques sont clairement liées à leurs divergences avec les Etats-Unis, bien d'autres pays ne comprennent rien aux critères qui ont présidé au choix des pays invités au sommet en question, dont le Pakistan, les Philippines et l'Angola, deux pays qui pratiquent des modèles politiques très différents de la démocratie vue par Washington. La Chine et la Russie ont vite réagi, accusant le président américain d'attiser les divisions idéologiques comme au temps de la guerre froide, quand le monde était divisé en deux blocs. Mais l'Algérie et d'autres pays exclus de ce sommet gardent encore le silence face à leur «disqualification» par l'organisateur de l'évènement. Une exclusion basée sur le rapport ‘Freedom in the world 2021', établi par l'Organisation non gouvernementale (ONG) américaine Freedom House, qui classe les pays non invités au sommet sur une liste rouge de pays où la liberté n'est pas respectée. Est-ce à dire que les Etats-Unis vont aller plus loin encore dans leur logique en matière de relations bilatérales avec les pays non invités au sommet ?
Sur un ton diplomatique, les Américains continuent encore à faire croire à ces pays que les relations bilatérales ne souffriront de rien suite à ce classement, mais la réalité est tout autre. Car, les Etats-Unis durant ce mandat du président Joe Biden sont décidés de tracer une nouvelle carte géopolitique, essentiellement axée sur une guerre commerciale contre la Chine, et plus encore si possible. Le monde va résolument vers une nouvelle bipolarisation dans l'esprit de l'ami de mon ennemi est mon ennemi. Dans ce sens, les Etats-Unis sont en voie de diviser le monde en deux blocs, d'un côté la Chine et les pays amis de la Chine, et de l'autre les pays ennemis de la Chine, qu'importent leurs modèles politiques, et les pays amis des Américains qui partagent son idéologie politique. Et ces derniers font en sorte qu'il n'y ait pas de bloc intermédiaire. D'ailleurs, les Américains ne se font pas trop d'illusions là-dessus, ils savent pertinemment que les choix sont faits. Les pays amis de la Chine, qui ne partagent pas forcément son modèle politique, ne sont pas prêts, pour rien au monde, à changer leur position. Et la démocratie ? C'est un modèle politique qui n'est pas une propriété d'un pays ou d'un autre, et qui ne peut s'offrir en cadeau par un pays à un autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.