Handball/Excellence messieurs: l'ES Ain Touta champion d'Algérie    L'USTHB d'Alger, première au classement national    Mbappé va prolonger de trois ans au PSG !    Les produits locaux commercialisés dans toutes les régions du pays    Concours de recrutement externe d'attachés et secrétaires aux AE: Lamamra s'enquiert du déroulement des épreuves    La rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat ne tolère aucune médiation    Accession en Ligue 1: historique pour le MC El Bayadh, l'USM Khenchela retrouve l'élite après 50 ans    Conférence de solidarité avec le peuple sahraoui, "un message fort" pour soutenir la cause juste    Agriculture: l'élagage d'arbres aux milieux urbain et péri-urbain soumis à une autorisation préalable    Le projet de loi relative à l'investissement contribuera à libérer l'esprit d'initiative    Développement de l'innovation dans le bâtiment: un mémorandum de coopération entre les secteurs de l'Habitat et des Startup    Front El Moustakbal appelle les étudiants à s'impliquer davantage dans la vie politique et sociale    Bejaia: naissance de trois lionceaux au parc Tifrit d'Akbou    Inès Ibbou: "mon trophée au tournoi d'Oran est un stimulant avant les JM"    Le Président Tebboune nomme les présidents et les commissaires d'Etat près les six tribunaux administratifs d'appel    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les retranchements des forces d'occupation à El Farsya et Haouza    18 troupes d'Inchad prennent part à la 9e édition du festival international "Samâa soufi"    Juventus : Accord trouvé avec Pogba ?    "Andaloussiate El Djazair": prestations de l'association "Nassim Essabah" et de Romaïssa Kaïd Youcef    Production de méthyl tert-butyl éther: Un nouveau complexe pétrochimique à Arzew    Hors course    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Des boulangers qui font fi de la santé du consommateur: De la pâte à pain pétrie à même le sol    Hassi Bounif: L'auteur présumé des CBV ayant entrainé la mort arrêté    EHU et urgences médicales du CHU: Deux individus arrêtés pour vol    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Air Algérie, Tassili Airlines et ENTMV: Programme complémentaire pour la saison estivale    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    RECHERCHE FÊTE DESESPEREMENT    L'ONU mobilise 30 millions de dollars    Le consensus se consolide    Le contrôle du Donbass «presque achevé», selon Moscou    Une large concertation sociale s'impose    L'appel d'Arkab    Une manœuvre dissuasive    L'unité pour la prise en charge des AVC opérationnelle    Le centre de Bouchaoui , cette véritable bouée!    Tabi sur la bonne voie?    Le PSG favori pour accueillir Mané?    Leão évalué à 100 millions d'euros    Ghorbal, Etchiali et Gourari retenus    Conservatrice du patrimoine et guide de musée dévouée    Sur les traces des étudiantes de 1956    Une résidence universitaire rebaptisée    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Des faussaires de billets de banque arrêtés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le baril bombe le torse
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 01 - 2022

Le marché pétrolier n'a-t-il plus peur de la pandémie du Covid-19 ? Le baril retrouve en ce 18 janvier ses beaux jours de 2014, avec un prix de plus de 87 dollars et une tendance de plus en plus haussière. La situation pandémique semble, pourtant, plus grave aujourd'hui que toute la période traversée en 2020, où le confinement quasi planétaire a provoqué une chute libre de la demande sur les marchés pétroliers, conduisant à un énorme recul du prix du baril, qui se vendait à une moyenne de 42 dollars, contre 64 dollars un an plus tôt (2019). La circulation du virus est plus forte en ce début d'année 2022, notamment depuis l'apparition d'Omicron, mais la situation est jugée maîtrisable, moins grave que les précédentes flambées des cas de contamination, donnant lieu à quelques restrictions et renforcement des contrôles sanitaires aux frontières, mais l'économie mondiale est sur une lancée que rien ne semble arrêter.
La demande en pétrole, de plus en plus forte, laisse croire que le prix du baril va encore grimper au deuxième semestre de l'année en cours. Dans cette atmosphère, de nombreux analystes s'attendent désormais à voir les prix du brut dépasser les 90 dollars le baril, voire la barre des 100 dollars, ce qui semblait encore impossible à envisager il y a quelques mois. Les analystes de Goldman Sachs voient par exemple le Brent atteindre 96 dollars cette année, puis 105 dollars en 2023. La reprise de l'économie mondiale, qu'on ne peut plus stopper sans risque de provoquer un cataclysme bien plus grave que les effets de la crise sanitaire, est une cause principale de cette hausse du prix du baril, mais il y en a d'autres, conjoncturelles, qui contribuent à doper plus ce prix. Les experts citent sur ce registre plusieurs facteurs, dont les interruptions de production «en Libye, au Nigeria, en Angola, en Equateur et, plus récemment, au Canada en raison du froid extrême», en sus de tensions géopolitiques qui se font sentir du Golfe jusqu'en Ukraine.
Dans ces conditions, on ne peut retrouver un équilibre solide entre l'offre et la demande, ou répondre à la croissance de la consommation, que dans deux cas, un pompage conséquent de brut par le biais du pétrole de schiste, ou par les pays membres de l'Opep et ses partenaires (de l'Opep+). Mais, dans les deux cas, il est quasiment impossible d'arriver au résultat recherché. D'une part, les entreprises de forage de pétrole de schiste sont tombées dans la faillite suite au plongeon des cours du brut en 2020, à cause du coût élevé de la production, et d'autre part, les pays membres de l'Opep et ses partenaires (Opep+), qui tirent un profit certain des prix actuels, s'en tiennent de mois en mois à la stratégie d'assouplissement progressif des réductions de production. Beaucoup de pays ne sont pas en mesure d'augmenter leur production même s'ils le souhaitent, car il faudrait pour cela posséder des réserves importantes et du matériel adéquat. Les pays qui tirent leurs rentrées en devises essentiellement des hydrocarbures ont été touchés de plein fouet par les effets de la crise sanitaire, à cause d'une chute considérable de la demande sur le marché pétrolier, et il est normal qu'ils soient les mieux placés pour admirer le baril bomber le torse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.