Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Opep+ affole les banques d'affaires
Les prévisions des cours de pétrole revues à la hausse
Publié dans Liberté le 06 - 03 - 2021

La décision "surprise" de l'Opep+ de maintenir ses restrictions d'approvisionnement en pétrole jusqu'en avril, combinée à la détermination de l'Arabie saoudite à perpétuer les coupes volontaires de sa production, a stupéfié le marché mondial de l'énergie.
Les cours du brut sont montés en flèche, jeudi et vendredi, au lendemain de la réunion, se hissant à plus de 68 dollars le baril de Brent. Hier, vers 12h, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a grimpé à 68,11 dollars, en hausse de 2,05% après avoir gagné 5% la veille, jeudi, peu après la décision de l'Opep+.
La référence américaine, le WTI (West Texas Intermediate) a, elle, gagné 1,85% le matin, se hissant à 65,01 dollars le baril. Jeudi, le WTI a dépassé 65 dollars le baril après la décision de l'Opep+ de garder inchangés ses volumes de production.
La décision de l'Opep+ a déclenché une vague de nouvelles projections, désormais optimistes, des grandes banques sur l'évolution des prix du brut durant les trois prochains trimestres de l'année. La banque américaine d'investissement Goldman Sachs anticipe un Brent à 80 dollars le baril au troisième trimestre de l'année.
La banque a relevé ses prévisions pour le Brent de 5 dollars au second trimestre, anticipant ainsi un baril à 75 dollars. Le Brent devrait grimper davantage de 5 dollars entre juillet et septembre 2020, à 80 dollars, à en croire les analystes de Goldman Sachs.
"Bien que les membres aient discuté des risques liés à la demande mondiale en période de choc pandémique, notre conclusion est que la discipline des producteurs de schiste est probablement à l'origine de cette augmentation plus lente de la production", estime la banque américaine dans une note.
Les perspectives de production de l'Opep+ pour les six prochains mois ont été réduites de 900 000 barils par jour.
Commentant, à son tour, la décision de l'Opep+ de garder inchangés ses plafonds de production, JPMorgan a estimé qu'il s'agit, dans l'ensemble, "du résultat le plus optimiste auquel nous aurions pu nous attendre", non sans mettre en garde contre le risque d'un déficit de l'offre estimé à 1,8 million de barils au cours des trois prochains mois. JPMorgan a relevé ses prévisions pour le Brent de 2 à 3 dollars le baril durant les prochains mois.
La banque s'attend, en revanche, à ce que la reprise de la production américaine de pétrole de schiste soit modérée. Citigroup s'attend, néanmoins, à ce que la hausse des prix du pétrole provoque des tensions au sein de l'Opep+. "Certains membres voudront pomper davantage pour soulager leurs économies sous pression", estime Citigroup dans un rapport.
"Les principaux importateurs, y compris les géants asiatiques, la Chine et l'Inde, ne seraient pas non plus satisfaits, et l'alliance est susceptible de changer de cap lors de la prochaine réunion", prévoit Citi qui table sur un prix du baril à 70 dollars avant la fin de ce mois.
L'approche prudente adoptée par l'Opep+ lors de sa réunion de jeudi fait dire aux analystes d'UBS, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, que les stocks de pétrole devraient baisser rapidement en avril ; la demande devant se redresser davantage au deuxième trimestre grâce à l'accélération des campagnes de vaccination contre la Covid-19, alors que l'offre hors Opep+ devrait rester modérée.
La banque suisse table sur un Brent à 75 dollars le baril et un WTI à 72 dollars le baril au second semestre de l'année.
La montée de pétrole à ces niveaux devrait mettre la cohésion du groupe Opep+ à rude épreuve, étant donné que les membres à faible production, et dont les économies sont les plus fragiles face aux chocs pétroliers, voudront tirer profit de la hausse des prix.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.