Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Première AGE du Conseil supérieur de la jeunesse    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Zefizef «corrige» Lekjaâ    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    Antony Blinken au Rwanda    On s'organise comme on peut    Un fleuron pour l'excellence technologique    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Quand la BD rencontre le sport...    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ça va chouia
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 03 - 2022

Le mauvais temps s'est installé indéfiniment. Le temps est morose et lourd, et les êtres vivants qui squattent l'espace sont tristes comme un automne cafardeux. Le soleil brille presque tout le temps, mais le cœur n'y est pas pour profiter de ses beaux rayons. L'ennui nous étrangle et on suffoque sous la pression. Il paraît que le bien-être est fâché avec les chagrinés de naissance. Les gens sont patibulaires et le ton est menaçant et le regard intimidant. La santé trébuche et le pas est nonchalant quand on va au marché. Le train-train est vraiment trop pesant pour les démoralisés qui le supportent tant bien que mal.
La route est enivrante et pas du tout perpendiculaire dans son alignement. Chut ! Les murs ont des oreilles. Dehors, l'air est soporifique et on nage dans le bonheur virtuel. L'espoir des maudits est tombé à l'eau.
Le paysage est sordide et ça sent le roussi. Les chiens aboient, et les piétons passent leur chemin quand même. Les commérages font le sensationnel et on casse du sucre sur le dos des absents. Le chant des sorcières s'est mêlé au chant des sirènes pour faire du tintamarre. On vit et on s'accroche à la vie comme on peut. Tout est chouia, mi-figue et mi-raisin dans cette époque un peu folle. Il faut du bon sens et un mauvais raisonnement pour équilibrer les sentiments provocateurs. On trouve du bon et du mauvais même dans un jeu de domino. Le bon fait du bien et le mauvais fait des siennes. Les boniments sont trop plaisants. Les nouvelles sont bonnes pour les commerçants qui se frottent déjà les mains, et elles sont très mauvaises pour les consommateurs qui vont être dépecés prochainement.
C'est le même scénario qui se répète depuis le temps. Le chouia est très populaire et très tuant dans cette contrée qui vit du peu quémandé. Holà ! Viens mon ami, assieds-toi à côté de moi, on va causer un chouia des difficultés de cette vie épuisante. Alors, tu as encaissé ta pension ? Oui, je l'ai empochée, mais j'ai aussi reçu une lourde facture d'électricité en même temps. Et il y a deux jours aussi, j'ai reçu ma facture d'eau qui est en attente de paiement. Tu sais, la moitié de ma pension «dawha», elle a été versée aux créanciers. «Rani n'senter !». Chouia courage! «yjib rabi elkheir»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.