L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Selon les aveux du détenu Benhalima: «Rachad» impliquée dans des plans ciblant la stabilité de l'Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 03 - 2022

Le détenu Mohamed Azzouz Benhalima a livré de "graves" aveux confirmant l'implication de l'organisation terroriste "Rachad" dans des plans abjects ciblant la stabilité de l'Algérie et ses institutions souveraines, en exploitant des jeunes fourvoyés. Le détenu Benhalima a révélé aux enquêteurs, dans une vidéo diffusée dimanche, plusieurs noms impliqués dans ces plans, à l'instar de Mohamed Larbi Zitout et ses frères Smaïl et Miloud, Mourad Dehina, Mohamed Abdellah, Amir Boukhers (dit Amir Dz), Abdou Semmar et Assia Kechoud. Il a également avoué avoir établi des contacts, lorsqu'il a quitté le sol algérien, avec Larbi Zitout à travers Mohamed Abdellah, ajoutant que Zitout lui avait demandé des informations sur "la police, le ministère de la Défense nationale et d'autres ministères".
Après avoir expliqué que Zitout confiait, dans le cadre des plans ourdis contre l'Algérie, "une mission spécifique" à chaque membre, le détenu Benhalima a déclaré avoir été chargé de "l'Armée et de la Police, tandis que Mohamed Abdellah s'occupait de la Gendarmerie nationale et d'autres départements ministériels. Mohamed Zitout s'occupait, quant à lui, des affaires concernant les présidents et d'autres questions diplomatiques". "Zitout m'a contacté dans le seul but de porter atteinte aux fondements de l'institution militaire", a-t-il poursuivi, ajoutant que "Zitout nous fournissait certaines fatwas dont nous ignorions la source et tentaient de nous en convaincre. Il prétendait que l'Islam n'interdisait pas de s'attaquer aux familles des responsables". Il a également révélé, dans ses aveux, les noms des deux frères de Larbi Zitout qui prenaient attache avec les jeunes en vue de les recruter à travers des faux comptes sur les réseaux sociaux, soulignant que "les réunions se tenaient dans la discrétion la plus totale pour saper la sécurité et la stabilité de l'Algérie".
Le détenu a révélé aussi que ces plans se tramaient en exploitant les jeunes influenceurs des réseaux sociaux, faisant savoir, à titre d'exemple, que Smail Zitout (frère de Larbi Zitout) possédait près de 24 pages Facebook, plusieurs logements et téléphones mobiles, alors qu'il est censé être au chômage.
De son côté, Miloud Zitout (frère de Larbi Zitout) travaille dans une société informatique en Belgique et mène des activités suspectes sur le moteur de recherche Google et Youtube, selon les aveux de Benhalima qui a affirmé que "Miloud recevait de l'argent de la part de l'organisation terroriste Rachad".
Concernant sa relation avec Abdou Semmar, Benhalima a avoué avoir été contacté par ce dernier lorsqu'il était en France et l'a invité à passer sur sa Web TV. "Abdou Semmar prétend entretenir des contacts avec des députés et responsables français qui pourraient lui venir en aide", a-t-il ajouté à ce propos. Le détenu Benhalima a avoué également qu'il avait introduit une demande d'asile politique à son arrivée en France le 18 septembre 2019 et avait reçu les frais d'asile estimés à 500 euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.