Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le réchauffement entre Alger et Paris ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 05 - 2022


Interrogé sur les relations entre l'Algérie et la France, lors de son entrevue périodique avec la presse, dans la soirée du samedi 23 avril, le Président Tebboune a esquivé la question, pour motif de la campagne électorale des présidentielles, en cours, en France, promettant d'y répondre ultérieurement en toute franchise, après la proclamation des résultats du vote. Le report, donc, de sa réponse sur cette question en pleine campagne électorale des élections présidentielles en France montre, officiellement, que l'Algérie était en attente de l'issue du vote pour avoir une vision plus claire sur ce que seraient les relations entre les deux pays. Maintenant que la réélection d'Emmanuel Macron, pour un second quinquennat, est effective, la situation semble évoluer, assez rapidement, vers le réchauffement des relations bilatérales entre les deux pays. On n'attendait presque que l'issue du vote pour donner des signes qui vont de l'avant dans la relation Algérie-France, après un passage tumultueux suite aux propos du président français qui ont provoqué une grave crise diplomatique, avec le rappel de l'ambassadeur d'Algérie à Paris. Les autorités françaises ont immédiatement entamé plusieurs actions pour apaiser la tension, à travers des allers-retours du ministre français des Affaires étrangères, entre Paris et Alger, qui ont finalement contribué au retour de l'ambassadeur d'Algérie à Paris, le 6 janvier, après trois mois d'absence. Sans pour autant faire revenir les relations bilatérales au beau fixe. Même si certains y ont vu un dégel des relations entre les deux pays avec ce retour à son poste de l'ambassadeur d'Algérie en France, le climat est demeuré empreint d'une circonspection eu égard à la gravité des propos du président français. Sa réélection pour un second quinquennat va-t-elle reconnecter Alger et Paris sur des bases plus solides construites sur les expériences du premier quinquennat, avec ses hauts et ses bas ? Le traditionnel message de félicitations adressé par le Président Tebboune au Président Macron, suite à sa «brillante réélection» est vu par les observateurs comme un signe de réchauffement des relations franco-algériennes, qui n'ont pas été sans tensions pendant certaines périodes du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, même si le Président Tebboune relève dans son message qu'il est «très satisfait» de la qualité de leur relation personnelle et des progrès réalisés, quoique relatifs, par le partenariat algéro-français. Ce pourquoi il invite, par la même occasion, son homologue à se rendre, prochainement, en Algérie, pour intensifier les relations entre les deux pays. Serait-ce une nouvelle période qui va bénéficier aux deux pays, pour tirer les leçons des crises qui surviennent régulièrement, après des passages par des périodes plus calmes, dans les relations entre les deux pays, pour aller plus loin et, surtout, mettre à l'abri ces relations des inclinations de l'Histoire ? L'enjeu des cinq prochaines années, pour le président français, selon les engagements de l'Elysée, va plus loin, avec une vision globale d'une nouvelle politique à inventer dans les relations de la France avec tous les pays africains.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.