Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le G5 n'est plus!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 05 - 2022

Le retrait du Mali du groupe G5 et de la force militaire conjointe de lutte contre le terrorisme au Sahel, officiellement pour cause d'opposition de certains Etats à sa présidence, une présidence tournante qui lui échoit depuis la fin du mandat du président tchadien en février dernier, n'est pas une surprise en soi. Mais la secousse laissera certainement des dégâts sur les fondations de ce cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité.
Un G5 qui a perdu de sa puissance durant ces derniers mois, depuis l'éclatement de la crise entre Paris et Bamako, l'entrée en scène sur le sol malien du groupe Wagner, ainsi que les coups d'Etat militaires qui ont touché trois pays sur les cinq qui composent le G5, en l'occurrence le Burkina Faso, le Tchad et le Mali. Cette situation, qui a créé une grave crise entre les pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), en sus du retrait de la force militaire française Barkhane du Mali révèlent autant d'éléments précurseurs de la crise au sein du G5.
Et l'arrivée de Wagner sur le terrain, auquel s'oppose énergiquement la France, ainsi que d'autres pays engagés militairement au Sahel, ne peut que lui apporter le coup de grâce, aujourd'hui ou demain. Sommes-nous, ainsi, en présence d'une reconfiguration du paysage sécuritaire en matière lutte contre les groupes terroristes, ou le G5 deviendra-t-il un G4, voire même un G3, et continuera d'occuper le terrain dans cette région désertique qui constitue l'un des refuges les plus sûrs pour les criminels et les groupes terroristes ?
En tout état de cause, le G5, tel qu'il a été formé en 2014, n'existe plus après le retrait du Mali. Certains observateurs ne voient pas d'inconvénient à ce retrait du Mali, estimant qu'il ne va pas peser sur le terrain pour plusieurs raisons, dont celle liée à son absence ces derniers temps dans la lutte contre le terrorisme, qui a permis aux autres pays de s'adapter à cette situation.
Mais, il y a encore d'autres changements dans l'air qui concernent l'hostilité de plus en plus marquée contre la présence française dans la région, et qui augurent d'une remise en cause des fondements d'un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, vraisemblablement dépassé par l'évolution géostratégique qui marque de son empreinte la région du Sahel.
Hier c'était le Mali, aujourd'hui ce sont les populations au Tchad qui manifestent leur rejet de la présence militaire française dans leur pays, et à qui le tour demain ? Sûr que l'Algérie suit de près le développement des événements, qui lui donne raison au moins sur un point, le fait d'avoir refusé dès le départ, en 2014, de faire partie de cette organisation. Aussi, ces profonds remous rapprochent plus le Mali de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé le 20 juin à Alger, dont la mise en œuvre était depuis recommandée par les autorités algériennes, et aujourd'hui soutenu par la Russie, les Etats-Unis et la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.