«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hors course
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 05 - 2022

L'ouverture de filiales des banques algériennes à l'étranger, en Afrique notamment, est une ambition collée en haut du dossier de la réforme du système bancaire et financier depuis 2020. Le cahier des charges y afférent était «fin prêt », mais elle est restée en l'état, sans aucune concrétisation sur le terrain. Et, on se retrouve encore en 2022 à conjuguer le verbe du sujet au futur. L'ensemble des démarches relatives à la mise en œuvre de la 1ère phase du projet d'ouverture des agences bancaires à l'étranger devront être finalisées «avant la fin de l'année en cours», a annoncé le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, mercredi, lors de la réunion du gouvernement. Pourquoi toute cette lourdeur dans l'exécution de ce projet, qui tient, pourtant, à cœur au président la République qui avait, lors d'un Conseil des ministres, tenu à la fin l'année 2020, ordonné «l'ouverture des banques algériennes en Afrique et en Europe afin de permettre aux émigrés algériens d'effectuer des dépôts ou des transferts, et impulser les échanges commerciaux, notamment avec les pays africains» ?
La réforme du secteur bancaire et financier est la plus dure à exécuter. Certes, le gouvernement a légèrement avancé sur ce dossier, l'entrée en fonctionnement de la finance islamique en est un exemple, mais plusieurs autres pistes restent impraticables. La réforme bancaire et financière est restée en déphasage avec l'évolution rapide de la législation et les mesures mises en œuvre pour relancer l'économie nationale, dont l'ouverture des banques algériennes à l'étranger. Cette fois sera la bonne ? Le Premier ministre affirme dans ce sens que trois (03) banques publiques à savoir la Banque Nationale d'Algérie (BNA), le Crédit Populaire d'Algérie (CPA) et la Banque Extérieure d'Algérie (BEA) prévoient l'implantation de filiales au niveau de plusieurs pays africains, sans les citer, mais on parle beaucoup du Mali, du Niger et du Sénégal, comme premiers pays visés par ces implantations.
Aussi, la BEA a engagé des démarches pour l'ouverture d'un bureau de sa filiale «BEA Internationale» en France afin de répondre aux préoccupations soulevées par notre communauté nationale établie dans ce pays, a-t-il relevé.
Clairement, il n'y a que des banques publiques qui prévoient l'implantation de filiales en Afrique et en France. Pourtant, le gouvernement comptait beaucoup sur des joint-ventures entre banque publique et banque privée algériennes, une vingtaine dans leur ensemble (six publiques et quatorze privées), en activité sur le marché. Si les opérateurs privés ne répondent pas à l'appel, «l'Etat ouvrira seul ces banques », avait laissé entendre le ministre des Finances, actuel Premier ministre, en 2020. Les banques privées hors course, et l'Etat y va seul à la conquête de ce marché très lucratif, où les banques devraient occuper un rôle prépondérant sur le plan du financement de l'économie africaine, selon des avis largement partagés par les spécialistes. Pourquoi alors les banques privées n'ont manifesté aucun intérêt pour ce marché ? Manque de confiance ou serait-on en possession de données où la mesure de la part du risque est plus élevée que les prévisions de réussite dans ce marché africain ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.