Rachad-MAK: le mariage incestueux    6 et 4 ans de prison pour Ould Abbès et Barkat    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Les bateaux «fantômes» d'Algérie ferries    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Bouira sérieusement impactée    «Chaud» sera l'été...    Nouvelles filières pour les matheux    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    JM-2022-Oran : les Algériens de la lutte libre sortent sans médaille    JM-Oran-2022 / Football (Gr.A/2e journée) : Algérie-Maroc (0-2)    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Face aux séismes    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2022

A peine remis de la Covid-19, un autre virus de la famille de la variole émerge et préoccupe la Communauté internationale et l'Organisation mondiale de la santé. Est-ce que l'Algérie est à l'abri d'une probable contagion ?
Certainement pas, nous dira le chercheur en virologie, le docteur Mohamed Melhag, que nous avons contacté, hier. Le chercheur n'exclut pas totalement l'arrivée de la ‘variole du singe' en Algérie, étant donné que le virus est sorti de sa zone endémique dans l'Afrique de l'Ouest pour se propager dans des pays européens dont certains sont proches de l'Algérie. Le virus a déjà fait son apparition dans un certain nombre de pays d'Europe (France, Espagne), ainsi qu'en Amérique et en Australie, soulignant la nécessité de prendre toutes les mesures préventives pour éviter sa transmission.
«On ne peut rien écarter avec l'ouverture des frontières aériennes et maritimes, nous vivons tous ensemble dans un grand village avec les avantages et les risques. On peut probablement enregistrer des cas si jamais le virus continue à se manifester, notamment dans les pays qui sont proches de l'Algérie», indique notre interlocuteur qui relativise en précisant que c'est une maladie peu contagieuse, car le virus ne se transmet pas à travers l'appareil respiratoire, mais à travers la salive ou le pus des lésions formées par l'infection. Il dira, en outre, que la maladie est peu mortelle pour le moment, avec un taux de mortalité qui oscille entre 1 et 10% des personnes infectées, et la plupart d'entre elles sont des enfants. Et de souligner qu'il n'y a pas un traitement ou un vaccin miracle contre ce virus. Le virologue affirme qu'il s'agit d'un virus dont on connaît la nature, mais celle d'antan, puisque son existence remonte aux années 70, en Afrique principalement. En précisant que les chercheurs suivent de près les informations fournies par la communauté scientifique et par l'Organisation mondiale de la santé sur ses caractéristiques. «L'infection peut être évitée en évitant d'entrer en contact direct avec les personnes infectées, en recommandant leur isolement dans ce cas, pour éviter la propagation du virus », explique le spécialiste qui recommande d'observer les mesures d'hygiène habituelle, en se lavant les mains constamment.
Pour le Dr Melhag, l'apparition de la ‘variole du singe' ne doit pas nous faire oublier la Covid -19 qui sévit encore et qui resurgit dans certains pays après une accalmie. «C'est vrai qu'on a enregistré récemment zéro cas en Algérie, mais il faut juste savoir que les cas comptabilisés sont ceux ayant été confirmés par les tests PCR seulement. La vigilance doit rester de mise», dit-il en précisant que la Covid n'est pas derrière nous. Le chercheur a cité l'exemple de «la Corée du Nord qui a été obligée de recourir à la fermeture générale à la lumière de la vague de propagation du coronavirus». Il a cité en outre, le variant ‘omicron BA5' qui a été à l'origine de la sixième vague de la Covid au Portugal, où les autorités sanitaires ont recommandé le port du masque dans les lieux publics. Le Dr précise que le virus du coronavirus continue de muter et à développer de nouveaux variants, appelant les citoyens à porter des masques de protection dans les lieux fermés, notamment durant cet été, lors de fêtes de mariages souvent célébrées dans des salles fermées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.