Rachad-MAK: le mariage incestueux    6 et 4 ans de prison pour Ould Abbès et Barkat    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Les bateaux «fantômes» d'Algérie ferries    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Bouira sérieusement impactée    «Chaud» sera l'été...    Nouvelles filières pour les matheux    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    JM-2022-Oran : les Algériens de la lutte libre sortent sans médaille    JM-Oran-2022 / Football (Gr.A/2e journée) : Algérie-Maroc (0-2)    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Face aux séismes    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2022

Dans une lettre adressée aux députés algériens représentant la communauté algérienne à l'étranger, un panel de six scientifiques algériens expatriés attirent l'attention sur la « menace d'exclusion des scientifiques algériens résidant à l'étranger de toute responsabilité au sein de l'Académie algérienne des sciences et des technologies (AAST) ».
En effet, dans cette lettre, dont une copie a été remise au Quotidien d'Oran par le Pr Maghraoui Mustapha, physicien du globe et géologue à l'Institut Terre et Environnement de Strasbourg (ITES) et président élu de la Commission sismologique africaine, les six scientifiques expatriés dont un ancien ministre de l'Education nationale, Ahmed Djebbar, et le chimiste physicien de renom Abderrahmane Tadjeddine de l'Université Paris-Sud-Orsay, et le Dr Azzedine Bousseksou, directeur de recherche au CNRS, attirent l'attention des plus hautes autorités du pays sur « la grave menace d'exclusion des scientifiques algériens résidant à l'étranger de toute responsabilité au sein de l'Académie algérienne des sciences et des technologies (AAST), contenue dans le texte de loi 2022-02 du 25 avril 2022, déterminant l'organisation, la composition, le fonctionnement et les missions de l'Académie algérienne des sciences et des technologies ».
« A notre grande surprise, le projet de loi proposé par l'Académie a été modifié par rapport à sa version initiale préparée par l'Académie et adoptée à l'unanimité par l'ensemble des académiciens algériens, en particulier les articles 9, 12 et 20 qui stipulent que seuls les résidents en Algérie peuvent postuler et accéder au poste de la présidence de l'Académie, faire partie du bureau de l'Académie ou présider les différentes sections scientifiques ou technologiques de l'Académie », lit-on dans la même lettre. « Ces dispositions sont d'abord une régression par rapport à ce qui a bien fonctionné depuis, basé sur le décret présidentiel de création de l'AAST daté de 2015 », écrivent les scientifiques algériens expatriés qui notent que « ces trois articles amendés sont anticonstitutionnels et visent à écarter les Algériens non résidents en Algérie de toute responsabilité au sein de l'Académie ». «Ecarter les scientifiques algériens non résidents en Algérie n'a tout simplement aucun sens, et même risquerait d'amoindrir inutilement la portée des actions de l'Académie algérienne des sciences et des technologies ».
« La création de l'Académie par décret présidentiel de 2015 a permis, après la sélection par un panel de scientifiques des plus prestigieuses académies du monde, d'avoir un noyau de 46 académiciens dont 6 résidents à l'étranger avec l'objectif d'avoir à terme 200 académiciens sélectionnés et fonctionnant selon les standards internationaux en vigueur dans les grandes académies du monde, nous pensons que les modifications citées ci-dessus nuisent gravement à l'unité de l'Académie, au risque même de l'éteindre et d'empêcher notre pays d'avoir une académie de qualité et de prestige fonctionnant comme celles de toutes les autres nations de la planète », écrivent encore les six académiciens dans leur missive, dont une copie a été adressée à la présidente de l'AAST, Malika Allab et à l'ensemble des membres de l'Académie résidents en Algérie. « Je tiens à vous rappeler que par principe nous avons refusé lors des débats sur ce texte de l'académie scientifique, cette exclusion non constitutionnelle de nos compétences et sommités scientifiques à l'étranger. La composition des organes de cette académie devait en priorité privilégier le mérite et l'excellence académique sans se soucier du lieu de domicile », écrit en guise de réponse Abdelouahab Yagoubi, membre de la Commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration de l'APN.
« Le texte ayant été voté dans son ensemble malheureusement par la majorité parlementaire, il ne nous reste plus qu'à entamer une démarche auprès de la Cour constitutionnelle pour le réviser. Je m'engage personnellement à œuvrer pour agir ensemble dans ce sens avec le soutien de mon groupe parlementaire, en essayant de faire adhérer à cette démarche quelques députés des autres groupes qui accepteraient de signer avec nous la requête qui sera adressée à la Cour constitutionnelle », poursuit le député représentant la communauté nationale à l'étranger. « Je tiens également à vous informer que votre courrier sera transmis à mon collègue, président de la Commission de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique de l'APN ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.