Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue    Basket / Championnat d'Afrique féminin U18 (5e-8e places) : victoire de l'Algérie devant la Tanzanie (71-31)    Accidents de la circulation: 13 morts et 464 blessés en une semaine    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique)-2e journée: l'Algérie menée au score par la Namibie (0-1)    Lancement prochain d'une campagne de reboisement visant la plantation de 60 mns d'arbustes    Mouloudji reçoit l'ambassadrice de la République Fédérale d'Allemagne à Alger    Mali/attaque à Tessit: 42 soldats tués    Drame de Melilla: de nouveaux crimes commis par le Makhzen à l'encontre des migrants africains    Le communiqué de Bourita sur l'agression contre Ghaza, une mascarade    Le 11e Festival national de la chanson chaâbi s'ouvre à Alger    L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    Origine à déterminer    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Loin d'être un discours de consommation    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    «Seul le droit international doit primer»    La négociation privilégiée par les deux pays    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    L'heure de la convergence patriotique    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bons mots et cruelles vérités
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 06 - 2022

«L'humour, dit-on, est la politesse du désespoir». Certains esprits caustiques ou espiègles, souvent d'une intelligence aiguë, sont des pourvoyeurs de sourires et d'éclats de rire mais aussi des espèces de révélateurs témoins des maux, des dérives et des impostures de leur époque ou de leur société. Leurs plaisanteries subtiles, souvent moqueuses, sont colportées à travers le temps comme des morceaux d'anthologie par la mémoire collective. Ainsi, par exemple, dans une ville de l'intérieur de notre pays, feu Hadj Abdelkrim T., artisan tailleur de son métier, était connu pour ses réparties assassines et ses bons mots aussi fins et tranchants qu'un bistouri. Un jour, il poursuivit jusqu'à l'intérieur d'une mosquée un homme auquel il avait confectionné un costume à crédit qu'il trouva en train de lire le Saint Coran. Il s'approcha alors de lui et l'interpella en ces termes : «Alors mon cher, vous n'êtes peut-être pas encore arrivé à la sourate où Dieu dit qu'il ne faut pas oublier de payer Hadj Abdelkrim» ? La même ville dont il est fait allusion plus haut se souvient encore de la remarque tonitruante que fit un jour un enseignant d'arabe éminent, cheikh Bekkar, père de deux enfants tombés au champ d'honneur durant la guerre de Libération. Invité par le mouhafedh du parti unique d'alors pour faire une allocution de circonstance, il commença d'abord par invoquer le Seigneur («Bismillah Errahmane Errahime» -«Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux»-) avant de conclure son propos illico : «Que voulez-vous que je vous dise, Messieurs ! Vous avez tout foiré» ! («Khlitouha wa dritouha ») ! Notre ami Mahmoud K., quant à lui, professeur universitaire et «empêcheur de penser en rond» émérite, possède un humour raffiné mais qui pique au vif et qui a fait probablement plus de «victimes» que tous les virus du corona réunis. Lorsqu'en juin 1990, l'ex-parti islamiste radical (le FIS-dissous) remporta un nombre important de mairies puis, une année plus tard, lorsqu'il organisa une grève insurrectionnelle et ses militants érigèrent des tentes sur les places des villes pour y passer la nuit, notre bon maître eut cette boutade digne de l'hebdomadaire satirique parisien le Canard enchaîné : «Le FIS après être devenu maire a ramené ses tentes» ! (Qu'on peut interpréter aussi comme suit : «Le fils après être devenu mère a ramené ses tantes») !
Enfin, parmi les nombreuses «perles» que les amateurs de bons mots ne se privent pas de raconter lorsque l'occasion se présente, figure en bonne place la répartie d'un lettré de la ville de Mazouna, Youcef El-Wakil, qui était fonctionnaire à Alger du temps de la colonisation et qui avait commis un ouvrage érudit sur sa ville natale. Alors qu'il marchait un jour dans un souk, il fut bousculé par inadvertance par une dame française d'un certain âge qui lui demanda aussitôt pardon. La mine lasse mais sereine, il lui fit cette réponse pleine de dérision et de douleur : «Je vous ai pardonné, Madame, depuis 1830» ! «La plaisanterie sert souvent de véhicule à la vérité», aimait rappeler le philosophe anglais Francis Bacon.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.