L'Algérie pays à fortes potentialités    Les attentes prononcées des professionnels    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les incendies de retour    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Inondations au Soudan: l'Algérie présente ses condoléances    Ligue 1/CS Constantine: Madoui restera l'entraîneur de l'équipe    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie s'incline face à l'Arabie saoudite (2-1)    Journée nationale de la poésie: riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Onze foyers d'incendies enregistrés ce dimanche à travers six wilayas    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): "Excellente organisation ", estiment les participants    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    AS Rome : Mourinho se félicite du mercato    Régénération verte    Plusieurs wilayas concernées: Températures caniculaires et mises en garde    Pr Mahyaoui - Covid-19: l'épidémie n'est pas encore terminée    L'inversion des rôles et l'Etat    Après deux ans de suspension: Le Salon international du tourisme de retour    Hors jeu semi-automatique: Un nouveau test avant le Mondial 2022    Port d'Oran: 4.250 portables saisis    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Facteurs défavorables
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 06 - 2022

Faut-il s'étonner que la proposition, lundi 27 juin, du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, au Conseil de sécurité, de nommer l'ex-ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, comme nouvel émissaire de l'Organisation pour la Libye, soit bloquée par les Emirats arabes unis (EAU) ? Des sources diplomatiques anonymes, non démenties, ont révélé la nouvelle qui tourne en boucle dans les rédactions, expliquant que le choix d'un ressortissant d'un pays frontalier de la Libye pose problème. Et que son travail serait «impossible». Parce que, malgré le fait que les sources en question confirment que «seuls les Emirats arabes unis ont refusé» de cautionner cette proposition devant le Conseil de sécurité de l'ONU, il faut bien croire que derrière le rideau, d'autres pays ont soutenu cette position. Les EAU, un pays membre non permanent au Conseil de sécurité, en tant que représentant du monde arabe, agissent en conséquence au nom de pays arabes.
D'ailleurs, selon plusieurs autres diplomates, les Emirats ont expliqué que «des pays arabes et des parties libyennes avaient fait part de leur opposition» à la nomination de l'ex-responsable algérien, sans identifier les pays et parties en question. Mais cela suffit pour avoir une idée claire sur les profondes divisions des pays arabes sur ce dossier libyen. Peut-être bien que le SG de l'ONU, qui sait pertinemment que la candidature de l'ex-ministre algérien des Affaires étrangères sera inévitablement bloquée, a agi de la sorte pour dévoiler au grand jour ces divisions entre les pays arabes, notamment les pays du voisinage, à propos de l'approche dans le règlement du conflit libyen. Et maintenant, quel nom sera proposé pour remplacer l'actuelle conseillère onusienne en Libye, l'Américaine Stéphanie Williams, dont le mandat arrive à terme le 31 juillet prochain ? La question ouvre un nouveau champ de tension et de pression entre Américains et Russes. La Russie s'oppose à la poursuite du mandat de Williams à la tête de la mission onusienne, et insiste pour nommer un nouvel émissaire qui sera exclusivement de nationalité africaine, comme le veut également l'Union africaine.
D'ailleurs, immédiatement après le blocage de la candidature proposée par le SG de l'ONU, l'ambassadeur russe adjoint à l'ONU, Dmitry Polyanskyi, n'a pas manqué de reprocher à l'Occident «de vouloir garder la haute main sur le dossier libyen». Appelant dans ce contexte Antonio Guterres «à avoir une approche réfléchie, équilibrée» dans sa recherche d'un nouvel émissaire, et à rejeter un «diktat du camp occidental qui considère la Libye comme son pré carré». Lesquelles déclarations ont été vivement rejetées par le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Bien que le conflit diplomatique entre Russes et Américains ne date pas d'aujourd'hui, il est clair que l'ombre de la guerre en Ukraine vient compliquer davantage la situation sur le plan de la nomination d'un nouvel émissaire pour la Libye. Ajoutant à cela les divisions entre les Libyens eux-mêmes, et on aura pas mal de facteurs défavorables pour l'heure au règlement de ce conflit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.