Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le partage du mouton et du repas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 07 - 2022

La fête du sacrifice est dans une semaine. L'étymologie offre parfois au sens des mots des définitions et des compréhensions contradictoires et si l'on ne se tenait qu'aux origines religieuses, égorger un mouton n'est en aucun cas un acte recommandé par la religion musulmane pour affirmer un statut social. Il est d'abord un devoir facultatif pour une promotion humaine pour ceux qui en ont les moyens. N'est-il d'ailleurs pas en la circonstance un jour sacré pour le vrai musulman lui rappelant l'obligation du partage avec les plus démunis car le mouton est censé être sacrifié pour s'offrir aux nécessiteux.
En ce moment, les prix des béliers donnent le tournis. Comme chaque année malheureusement, des maquignons, pince-sans-rire, exposent des moutons à 120.000 dinars et plus entre autres, forts d'un état d'esprit tordu qui germe dans l'esprit de certains prétendus musulmans, se prêtant au jeu, transformant l'événement en un terrain de compétition à qui mieux-mieux pour une aléatoire affirmation d'une trompeuse promotion sociale. Si de telles énormités de tarifs sont fixées sans pudeur, c'est qu'il existe des acheteurs sans gêne et sans retenue confondant la richesse humaine avec celle matérielle. Les prétextes les plus farfelus sont évoqués pour marcher sur les pieds des plus démunis pour prétendre affirmer une valorisation sociale sans que l'on ne se rende compte qu'elle n'est réellement que décadence.
Le sens de l'humanisme si prégnant dans le passé a totalement disparu s'il n'est encore présent au fond de quelques rares cœurs disparates. Il fut un temps où le dîner du soir restait en travers de la gorge quand on savait que le voisin était étranglé par le besoin et la faim et on ressentait un énorme plaisir et une sublime satisfaction à partager son repas avec lui. L'ostentation était une honte et la discrétion un fondement de l'existence.
Aujourd'hui, la vanité est devenue une flagrante règle libérant les provocations humaines des plus infantilisantes de ceux qui s'évertuent à croire que l'étalage des apparats de la richesse est un signe d'une noble élévation spirituelle. Alors ils ne se rendent pas compte qu'en acquérant avec légèreté un bélier à 120.000 dinars, ils s'accordent à eux-mêmes au grand jour l'incongruité de bêler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.