Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    L'Algérie a surmonté une conjoncture financière difficile grâce aux orientations judicieuses du Président Tebboune et la volonté des hommes dévoués    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Visite de courtoisie chez Goudjil    Algérie-Ouganda: signature de deux conventions bilatérales pour le renforcement de la coopération diplomatique    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Conseil présidentiel libyen: Al-Kouni salue les efforts de l'Algérie pour le règlement de la crise libyenne    Trois terroristes activant dans la région du Sahel capturés à Bordj Badji Mokhtar    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Accidents de la circulation en zones urbaines: 12 morts et 401 blessés en une semaine    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Championnats arabes de Cyclisme sur piste: l'Algérien Mohamed-Nadjib Assal en or    Tour de Syrie 2022: Yassmine El Meddah victorieuse, Houili toujours maillot jaune    Championnat arabe de Kayak: 7 médailles dont 3 en or pour l'Algérie    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Ligue1 - CSC-MCA : Un choc qui promet    Embrouille    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    En perspective de l'attribution des logements sociaux en cours de réalisation: Mise en service d'un nouveau logiciel pour l'étude des dossiers    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    In memoriam Octobre 88    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    QUESTIONS DE LANGUE(S) ET D'IDENTITE(S) !    Fin imminente des travaux    Une semaine chargée pour l'ANP    L'UGTA se rebiffe    Le MSP menace d'une «motion de censure»    L'état des lieux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Le président Tebboune félicite les enseignants    Alerte à l'instabilité!    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    Chercheurs en langue amazighe: une denrée rare    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Salman Rushdie, les médias et les amalgames...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 08 - 2022

Il est évident que l'attaque au couteau contre l'écrivain Salman Rushdie est condamnable à tous points de vue. Un écrivain, un intellectuel ou un artiste a droit à la parole, indépendamment de sa foi, sa croyance, sa vision des choses, son idéologie politique, etc. Nul n'a le droit d'empêcher quelqu'un, de surcroît un romancier, de s'exprimer et de dire ce qu'il pense. Néanmoins, et c'est ce qui saute aux yeux ces dernières décennies, la lutte anti-islamiste s'est transformée en un fonds de commerce qui rapporte beaucoup de sous dans les caisses à ses promoteurs. Dès que l'on prononce le mot «islam» confondu faussement ou sciemment dans les consciences avec «islamisme», on vous déroule le grand tapis rouge et vous voilà au septième ciel à pérorer tout et n'importe quoi. La création littéraire, intellectuelle et artistique s'est comme banalisée sur des thèmes éculés, inintéressants et «stéréotypés», propres à la société de consommation. C'est ce que j'appelle personnellement «le hamburger intellectuel», du genre, une table ronde pour discuter du statut de la femme dans le Coran, où aucun invité n'est théologien-exégète ni connaisseur de la religion ni au moins versé dans la lecture des versets coraniques. En conséquence, l'opinion publique occidentale se fait des fausses opinions copiées sur des gens en rupture, sinon en ignorance totale de l'Islam, ses versets, ses rites et ses traditions, etc. Et voilà qu'en voulant combattre l'extrémisme religieux, on crée un extrémisme médiatique à connotation philosophique, littéraire, artistique, dix fois pire que celui qu'on feint éradiquer. Gros problème! Cela dit, l'extrémisme n'est pas seulement religieux, et peut prendre différentes facettes nuisibles à l'entente entre les peuples, les cultures et les civilisations et l'une d'elle s'appelle : fascisme médiatique. Mais qui crée ces «monstres médiatiques» et leurs corollaires «religieux» ? Et bien évidemment, les médias.
Quand Michel Haoullebecq a fait paraître ‘La Soumission' chez Flammarion, en 2015, tous les médias en France l'ont invité sur les plateaux télévisés. L'écrivain, loin d'être un éloquent érudit ou une talentueuse plume, est devenu en un rien de temps, une star. Le livre, à la tête des ventes dans les librairies, a conquis même le domaine du cinéma et a été adapté en film en 2018. L'histoire du roman est proche de celle d'un téléfilm de télé-réalité : l'écrivain aurait imaginé que le président de la République en France de 2022 ne serait autre qu'un musulman issu d'un parti radical extrémiste. Un scénario qui va dans la droite ligne des théories du grand remplacement, chères à Renaud Camus, Alain Finkielkraut et Eric Zemmour, etc. Ce dernier aurait déjà, pour rappel, publié, en 2014, un essai au titre assez provocateur «Le suicide français», où il présente dans le menu détail les signes précurseurs de décadence de la France parce qu'elle (la France) reçoit chaque année des immigrés maghrébins par milliers. Et qui dit Maghrébin, dit «terroriste potentiel», assoiffé sexuel, harceleur dans les bus, délinquant dans les banlieues, et tricheur-arnaqueur dans les allocs.
Par ricochet, le Maghrébin est synonyme du rétrécissement de «la francéité» de la France, condamnée à se «réislamiser» dans l'urgence à court et moyen termes. Ce qui provoquera, à l'en croire (Zemmour bien entendu), la dissolution du sang «judéo-chrétien» de la France et la disparition de la laïcité, socle de la République des droits de l'Homme. Théorie fumeuse qui ne tient pas debout, même si les deux œuvres restent jusqu'à présent des best-sellers. Le stock de première, celle de Haoullebecq a été épuisé en cinq jours et l'éditeur a été obligé, demande du public oblige, de le rééditer non seulement en France, mais dans toute l'Europe (il a été traduit dans une vingtaine de langues). La seconde a détrôné tous les autres titres en trois jours, et la grande librairie l'a classée en tête des ventes pour plus de quatre mois! Phénoménal. Mais comment expliquer tout ça? Je n'ai jamais vu, par exemple, un livre sur les conditions de vie des immigrés en France meilleure vente! Jamais! Ni d'ailleurs sur la sécurité dans les banlieues, ni sur le racisme anti-noir aux Etats-Unis! Cela dit, les médias orientent le public vers ce qui les intéresse en faussant la route au grand public, par des polémiques qui finissent par des amalgames, à l'origine de tant de fatwas, de meurtres et de guerres...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.