Enseignement supérieur: renforcer la contribution des étudiants à leur formation universitaire à la faveur d'un modèle national en 5 phases    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    La Côte d'Ivoire veut récupérer Fofana    La tension monte d'un cran au Maroc    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    La chine donne son quitus    Un Palestinien assassiné par les forces d'occupation sionistes    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine    Borne et les préoccupations de l'heure    Absurdité    «L'Algérie doit être construite par les algériens»    Que va faire l'Opep+?    Développement régional: La décentralisation comme clé de voûte    Industries: Priorité aux filières de substitution des importations    L'ESS sombre    Grosse inquiétude au Barça    On a évité le pire à El Bayadh    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    Efficacité des ressources et réduction de coûts de production: L'expertise allemande pour les PME algériennes    Démarrage timide dans la capitale    El Bayadh: Des tablettes pour 900 élèves du primaire    Cap Falcon : une femme morte et deux blessés graves dans une collision entre deux voitures    Campagne de dépistage à El Flay    El-Bayadh: Trois morts et un blessé grave dans un accident de la route    Onze ans de retard    De la marijuana à Zéralda    Le président Tebboune présente ses condoléances    Presse, amour et pouvoir    La pièce « Hna ou Lhih » participe    «C'est formidable d'échanger avec les lecteurs»    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Solution factice
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 08 - 2022

La solution au problème de la migration illégale adoptée par les pays européens, réunis dans l'espace Schengen, reste factice tant que les leviers de cette solution ne sont pas entre leurs mains. Pour eux, la solution de l'externalisation de la politique de lutte contre l'immigration clandestine, prônée depuis des années, est ce qu'ils ont trouvé de mieux sur ce plan, alors qu'en fait, il s'agit d'un aveu d'impuissance. Comment peut-on lutter contre l'immigration clandestine en confiant l'accomplissement de cette mission à des pays tiers, des pays de transit situés à la frontière directe de l'Europe, terrestre ou maritime, incluant les pays de l'Afrique du Nord, la Turquie et l'Europe de l'Est ? Peut-être parce que les lois en vigueur au sein de l'Union européenne limitent les capacités pour gérer ce phénomène migratoire, notamment en raison des exigences de respect des droits de l'homme, qui obligent à traiter les demandes de droit d'asile et des réfugiés introduites par les migrants dans un cadre conforme aux règles des droits de l'homme, qu'ils soient réguliers ou clandestins. Est-ce pour cette raison que l'Europe souhaite que d'autres pays non membres de l'Union européenne puissent se charger de cette tâche embarrassante, qui focalise l'attention des défenseurs des droits de l'homme ?
L'Union européenne est arrivée à souhaiter l'installation des bureaux en tant que postes avancés à l'extérieur de ses frontières, au niveau des pays de transit, où on peut avoir la latitude de refuser les demandes avant même que les demandeurs ne mettent les pieds dans un pays européen, d'où il sera difficile de les expulser. Selon cette conception politique, les européens laissent le soin de la gestion humanitaire du phénomène migratoire aux pays de transit qui, souvent, se fichent royalement du respect des principes des droits de l'homme, tant que leurs commanditaires sont ceux-là mêmes qui distribuent les bonnes et les mauvaises notes sur ce registre. Ainsi en va-t-il du Maroc, qui semble prendre à cœur cette mission de bloquer l'immigration illégale aux frontières de l'Europe. En témoigne l'intervention musclée des services de sécurité marocains, il y a un mois et demi, où plus d'une vingtaine de migrants ont été tués quand ils ont tenté de passer la frontière de l'enclave espagnol Melilla.
Mais la politique migratoire du Maroc est très ambigüe, parfois c'est le durcissement à l'extrême et d'autres fois c'est le laxisme total, comme en mai 2021, quand le Maroc a fermé l'œil sur le passage de 10 000 clandestins, dont de nombreux mineurs, vers les plages de Ceuta, dans des moments de grande tension diplomatique entre le Maroc et l'Espagne à la suite de l'accueil par l'Espagne du président du Sahara occidental pour soins médicaux. Ce qui ne laisse aucun doute sur l'utilisation par le Maroc de la migration vers l'Europe comme un moyen de pression sur les Européens pour obtenir de l'argent afin de financer ses troupes anti-migration et, surtout, obtenir des soutiens sur le dossier du Sahara occidental.
D'autres pays utilisent également ce moyen de pression contre l'Europe pour l'amener à se ranger sur leurs positions dans des dossiers délicats. L'Europe peut-elle ignorer qu'on exerce contre elle des chantages migratoires ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.