Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alerte rouge à Oran
UN MORT ET DES BLESSES DANS DES EFFONDREMENTS
Publié dans Réflexion le 28 - 11 - 2011

Les chutes de pluie qui se sont abattues, dans la nuit de dimanche à lundi et durant toute la journée d'hier, ont totalement perturbé la circulation routière au niveau de toute la wilaya d'Oran, et cela, beaucoup plus, à cause du défaut de curage des avaloirs de l'APC d'Oran et de la SEOR.
En effet, et au niveau des vieux quartiers et des rentrées principales de la capitale de l'Ouest, sur la RN 02, 04 et 11, des stagnations d'eaux pluviales ont été enregistrées, et atteignant les 90cm de profondeur. A l'entrée Ouest de la wilaya, dans la commune de Boutlélis, la circulation routière a été totalement bloquée, et les automobilistes étaient dans l'obligation de changer d'itinéraire, pour emprunter la corniche supérieure pour atteindre la ville d'Oran, sachant qu'il était devenu impossible d'accéder à Oran par la voie principale, surtout que dans la localité de Bouyakour, il était, aussi, impossible de circuler en voiture, vu que cette localité a été quasiment inondée par les eaux pluviales. Le rond point d'El Bahia a, pour sa part, empêché les automobilistes venant ou allant vers la RN 04, d'utiliser cette route nationale, à cause des inondations au niveau de ce tronçon, mais aussi dans le quartier de Petit Lac. Pour ce qui est du début de la RN 11, reliant Oran à Mostaganem, les chauffeurs des véhicules ont du reporter leurs voyages sachant que tout ce tronçon fut inondé par les eaux pluviales, et très exactement devant l'unité de la protection civile. Par ailleurs, et à l'intérieur de la ville d'Oran, un important glissement de terrain a été enregistré au niveau du quartier de « Taureau », dans le secteur urbain El Badr, et par conséquent, la circulation routière et piétonnière a été carrément interdite, et toute la population a été obligée d'emprunter le boulevard Albert 1er, perdant beaucoup plus de temps, que ce soit pour se rendre au centre-ville ou gagner les postes de travail. Un vaste cordon sécuritaire a été installé par les services de la protection civile et la police pour empêcher les citoyens et automobilistes d'user ce tronçon, et écarter le danger de mort, sachant qu'il s'agissait d'un glissement de terrain à hauteur des grottes situées tout près de la nouvelle route menant vers Ras-El-Aïn, dans le quartier des Planteurs. D'un autre côté, le quartier de Sidi El Houari s'est transformé en un grand « Lac » en plein centre-ville d'Oran, ce qui a obligé les services de la SEOR et ceux du secteur urbain du chef lieu d'user des grands moyens humains et matériels pour déboucher les regards et les bouches d'égouts afin de permettre aux eaux pluviales de trouver un accès et débloquer la circulation. Le seul point qui n'a pas été affecté par ces chutes de pluie, et qui nous a habitué à des grands dégâts, est la trémie de la Cité Djamel. En effet, les autorités ont procédé à l'installation de deux pompes pour l'évacuation des eaux stagnées à l'intérieur de la trémie, mais malgré cela, elle est toujours classée « danger de mort » à cause du risque d'effondrement du rond point sur les usagers de la trémie. Plusieurs autres routes et quartiers ont enregistré des infiltrations d'eau et des inondations, tels que « Kouchett El Djir » El Barki, ou encore la commune de Mers El Kebir.
Un mort et trois blessés dans des effondrements
Sur un autre registre, mais toujours en ce qui concerne les dégâts causés par les dernières précipitations de la pluie sur la wilaya d'Oran, plusieurs effondrements partiels et entiers ont été enregistrés dans divers quartiers de la commune d'Oran, à l'instar de Sidi El Houari et Ed Derb, qui, à eux tous seuls, ont été secoués par l'effondrement total de 05 immeubles, qui aurait fait, selon une source fiable, un mort et 03 blessés, et 03 effondrements partiels, qui n'ont pas fait de victimes. Dans le quartier de Gambetta, d'El Hamri, de Medioni, d'El Barki, Plateaux et autres vieux quartiers, d'autres effondrements partiels ont été enregistrés, mais sans faire de dégâts humains. Les responsables de la wilaya d'Oran ont pris la situation très au sérieux, mais aucune véritable solution n'a été appliquée. Une source de la commission de logement de la daïra d'Oran nous a affirmé que cela ne va pas empêcher les services de la wilaya de se précipiter dans l'opération de recasement des familles qui occupent les vieilles bâtisses. Pour sa part, une source de l'EHU nous a affirmé qu'un effondrement à Sidi El Houari aurait déjà fait un mort, mais il s'agit là d'une information qui reste, malgré la certitude de la fiabilité des informations de notre source, à confirmer. Notre même interlocuteur nous ajoutera qu'une femme de 59 ans, répondant aux initiales de B.F. est dans un état comateux aux UMC du CHU d'Oran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.