Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mascara : Les marais de la Macta.
Publié dans Réflexion le 12 - 02 - 2009

Un patrimoine qui exige une meilleure protection pour faire face aux atteintes qui se traduisent par la destruction de la faune et la flore.
La zone humide de la Macta a été inscrite par le gouvernement algérien sur la liste des zones humides d'importance internationale, établie dans le cadre de la convention internationale de Ramsar (Iran), dans le but de promouvoir la conservation et l'utilisation rationnelle des zones humides. Il y va de la protection des plantes et de certaines espèces d'oiseaux auxquels est assuré un lieu de passage lors de leur migration. La zone humide constitue également un réservoir scientifique et à ce propos nous apprenons que des étudiants de l'université de Mascara y ont effectué de nombreux travaux pour préparer leurs thèses. A ce jour, on se contente, en termes de protection, de randonnées de gardes forestiers de la Conservation de Mascara mais est-ce suffisant ? Ainsi, les gardes ont dû utiliser les grands moyens et procéder à une saisie chez un fellah qui s'était permis outrageusement de labourer environ 100 ha de la zone dite intégrée. Ceci a eu bien sûr pour effet de dissuader d'autres contrevenants. La chasse constitue elle aussi un danger pour la zone. Lundi dernier, nous avons parcouru une partie des marais de la Macta dont la superficie totale est de 44 000 ha environ et dont 9 000 se trouvent en zone protégée. La presque totalité de la zone se trouve sur le territoire de la wilaya de Mascara avec des communes riveraines que sont Macta Douze, Mohammadia, Sidi-Abdelmoumen, Sig, Bouhanifia, Ras-El-Aïn Amirouche et Alaïmia, alors que du côté d'Oran se trouve Marsat El-Hadjadj, et pour ce qui est de Mostaganem, c'est la localité de Fornalia. La zone est parcourue par trois oueds qui sont Oued Sig, Oued Habra et Oued Tine. Alors que nous transitons par Douar Raouz, nous apercevons des décharges sauvages, signe que quelque part l'on se fiche royalement de ce qui est commis. Nous apercevons alors les premières poules d'eau. Plus loin, nous sommes surpris par un vol d'oiseaux dérangés par le passage d'une locomotive. Nous sommes alors aux limites frontalières avec la wilaya d'Oran et un panneau indique «Zone humide de la Macta protégée». A proximité, un garde forestier nous montre une borne et elles sont environ 14 à avoir été installées pour délimiter la zone intégrée. A côté de nous, l'embouchure où se rejoignent les oueds Habra et Sig. Ils constituent l'excédent en eau provenant des bassins versants de Béni- Chougrane et on constate alors ce qu'ils véhiculent comme détritus et autres sachets en plastique. Le paysage est magnifique et au milieu des marais, un monticule appelé Djebel Zbara ou Djebel Kleh, à une altitude de 39 mètres. Nous apercevons alors sur l'eau un nombre impressionnant d'oiseaux et ils devaient être, selon un responsable des forêts, rompu à l'exercice du comptage, plus de 400, on ne les distingue pas nettement, observées à la jumelle, il s'avère que ce sont des foulques macroul. Ce sont 12 espèces d'oiseaux qui vivent dans les marais de la Macta alors que les migrateurs sont évalués au nombre de 13 environ. On recense, aussi, le renard roux, le chacal doré, le sanglier, le hérisson, la porc-épic et la tortue. Côté végétation, 6 types de plantes la composent, les plus prépondérants sont le sal sola et le triplex. Face à tout ceci, vous aurez du mal à quitter les lieux. Dans le même contexte,une "Journée des zones humides avec les élèves du CEM Hamri-Djelloul", a été célébrée. Une louable initiative que celle de la Conservation des forêts qui a choisi le CEM Hamri-Djelloul dans la commune de Mocta Douze pour célébrer la Journée mondiale des zones humides. Des expositions et une journée d'information ont permis aux élèves de cet établissement de découvrir les réalités de la zone humide dans la périphérie de laquelle se trouve leur localité. L'on tentera à travers les interventions de sensibiliser les élèves sur cette nécessité de protéger ladite zone. En cette année 2009, le slogan de cette Journée mondiale est : «D'amont en aval ces zones humides nous relient les uns aux autres». Des récompenses seront remises aux meilleurs élèves qui avaient participé à un concours écrit sur ce sujet.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.