Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SUITE AUX GUEGUERRES ENTRE EMIRS : Vers l'éclatement de l'organisation terroriste de Belmokhtar
Publié dans Réflexion le 17 - 05 - 2015

Le récent communiqué, publié au nom de l'organisation dite ‘'El Mourabitoune'' dirigée par Mokhtar Belmokhtar, alias Khaled Abou El Abbès, annonçant l'allégeance de cette organisation terroriste à l'organisation criminelle dite Etat islamique ou Daech et le démenti apporté à cette annonce par Belmokhtar, fait partie de la série de ce qui peut être appelée «la guerre d'allégeances» selon des sources médiatiques bien informées. Cette situation pourrait provoquer des guerres internes entre DAECH et l'organisation terroriste de Belmokhtar et son éclatement.
Pour rappel, mercredi, un communiqué signé «Adnane Abou Walid Al Sahraoui» présenté comme étant émir d'El Mourabitoune faisait état de l'allégeance de cette organisation à Abou Bakr El Baghdadi, chef de Daech. Dans un autre communiqué, Mokhtar Belmokhtar chef du mouvement «les signataires par le sang» et cofondateur de l'organisation El Mourabitoune, a démenti l'allégeance de ce dernier à l'Etat islamique, dans une déclaration parvenue vendredi dernier au média mauritanien Al Akhbar et rapportée également par le site américain spécialisé Site. Quarante-huit heures plus tard, Belmokhtar est sorti de son silence observé depuis quelques mois contre ce communiqué qu'il a considéré comme une «violation» des règlements et textes régissant le groupe El Mourabitoune, car, a-t-il dit, ce communiqué n'émane pas du Conseil de la choura (sorte de conseil de concertation), l'instance dirigeante d'El Mourabitoune. Les allégeances entre les organisations terroristes témoignent, souvent, d'alliances pas forcément à caractère idéologique, mais expliquées par des intérêts personnels provoquant souvent des dissidences et des désaccords comme ceux enregistrés dans la guerre de partage des «butins de guerre». Le conseil devra émettre un contre-communiqué après des concertations internes, a promis Belmokhtar qui a renouvelé son allégeance à Aymane El Zawahiri chef d'Al Qaïda, mouvement rival de l'Etat Islamique. C'est d'ailleurs, l'une des raisons pour lesquelles Abdelkader Benmessaoud, alias Mossaâb Abou Daoud, l'un des émirs du GSPC, s'est rendu aux services de sécurité il y a quelques années. Le scénario vécu par Khaled Abou El Abbès a déjà été vécu par le groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC, devenu Al Qaïda au Maghreb islamique) quand l'actuel émir national de cette organisation terroriste, Abdelmalek Droukdel, alias Abou Mossaâb Abdelouadoud, a décidé, de façon unilatérale, de déclarer allégeance à l'organisation d'Oussama Ben Laden. Cette allégeance, annoncée en 2007 par Abou Mossaâb Abdelouadoud, a été dénoncée par Abou Mossaâb Abou Daoud qui a noté que lui et d'autres membres du madjliss echoura du GSPC avaient quitté cette instance interne du groupe salafiste pour la prédication et le combat. Abou Mossaâb Abdelouadoud avait, rappelle-t-on, décidé, sans l'aval du madjliss echoura de l'organisation terroriste qu'il dirige, de faire allégeance à Al Qaïda. Cette allégeance non avalisée par madjliss echoura (sorte de conseil consultatif) du GSPC, avait divisé le GSPC. Touati Athmane, un autre membre du madjliss echoura du GSPC, «ex-mufti» et «juge» de cette organisation, qui avait rejoint le maquis en 1993 et avait, avec Hassan Hattab et d'autres terroristes du Groupe islamique armé (GIA), créé en 1996 le GSPC, avait, lui également été contre cette allégeance, entrant en désaccord avec l'actuel émir national d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.