La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SUITE AUX GUEGUERRES ENTRE EMIRS : Vers l'éclatement de l'organisation terroriste de Belmokhtar
Publié dans Réflexion le 17 - 05 - 2015

Le récent communiqué, publié au nom de l'organisation dite ‘'El Mourabitoune'' dirigée par Mokhtar Belmokhtar, alias Khaled Abou El Abbès, annonçant l'allégeance de cette organisation terroriste à l'organisation criminelle dite Etat islamique ou Daech et le démenti apporté à cette annonce par Belmokhtar, fait partie de la série de ce qui peut être appelée «la guerre d'allégeances» selon des sources médiatiques bien informées. Cette situation pourrait provoquer des guerres internes entre DAECH et l'organisation terroriste de Belmokhtar et son éclatement.
Pour rappel, mercredi, un communiqué signé «Adnane Abou Walid Al Sahraoui» présenté comme étant émir d'El Mourabitoune faisait état de l'allégeance de cette organisation à Abou Bakr El Baghdadi, chef de Daech. Dans un autre communiqué, Mokhtar Belmokhtar chef du mouvement «les signataires par le sang» et cofondateur de l'organisation El Mourabitoune, a démenti l'allégeance de ce dernier à l'Etat islamique, dans une déclaration parvenue vendredi dernier au média mauritanien Al Akhbar et rapportée également par le site américain spécialisé Site. Quarante-huit heures plus tard, Belmokhtar est sorti de son silence observé depuis quelques mois contre ce communiqué qu'il a considéré comme une «violation» des règlements et textes régissant le groupe El Mourabitoune, car, a-t-il dit, ce communiqué n'émane pas du Conseil de la choura (sorte de conseil de concertation), l'instance dirigeante d'El Mourabitoune. Les allégeances entre les organisations terroristes témoignent, souvent, d'alliances pas forcément à caractère idéologique, mais expliquées par des intérêts personnels provoquant souvent des dissidences et des désaccords comme ceux enregistrés dans la guerre de partage des «butins de guerre». Le conseil devra émettre un contre-communiqué après des concertations internes, a promis Belmokhtar qui a renouvelé son allégeance à Aymane El Zawahiri chef d'Al Qaïda, mouvement rival de l'Etat Islamique. C'est d'ailleurs, l'une des raisons pour lesquelles Abdelkader Benmessaoud, alias Mossaâb Abou Daoud, l'un des émirs du GSPC, s'est rendu aux services de sécurité il y a quelques années. Le scénario vécu par Khaled Abou El Abbès a déjà été vécu par le groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC, devenu Al Qaïda au Maghreb islamique) quand l'actuel émir national de cette organisation terroriste, Abdelmalek Droukdel, alias Abou Mossaâb Abdelouadoud, a décidé, de façon unilatérale, de déclarer allégeance à l'organisation d'Oussama Ben Laden. Cette allégeance, annoncée en 2007 par Abou Mossaâb Abdelouadoud, a été dénoncée par Abou Mossaâb Abou Daoud qui a noté que lui et d'autres membres du madjliss echoura du GSPC avaient quitté cette instance interne du groupe salafiste pour la prédication et le combat. Abou Mossaâb Abdelouadoud avait, rappelle-t-on, décidé, sans l'aval du madjliss echoura de l'organisation terroriste qu'il dirige, de faire allégeance à Al Qaïda. Cette allégeance non avalisée par madjliss echoura (sorte de conseil consultatif) du GSPC, avait divisé le GSPC. Touati Athmane, un autre membre du madjliss echoura du GSPC, «ex-mufti» et «juge» de cette organisation, qui avait rejoint le maquis en 1993 et avait, avec Hassan Hattab et d'autres terroristes du Groupe islamique armé (GIA), créé en 1996 le GSPC, avait, lui également été contre cette allégeance, entrant en désaccord avec l'actuel émir national d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.