ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mazouz a donné 39 milliards à Bouteflika
Publié dans Réflexion le 06 - 12 - 2019


Le milliardaire Ahmed Mazouz, l'un des hommes d'affaires les plus riches en Algérie, a reconnu ce jeudi devant les juges du tribunal de Sidi M'hamed qu'il avait financé la campagne électorale du 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika à hauteur de 39 milliards de centimes. "J'avais remis ce chèque à Ali Haddad dans son bureau au FCE", a reconnu l'homme d'affaires d'après lequel son cousin le businessman Mohamed Bairi, dirigeant du groupe privé IVAL, l'a incité à rejoindre le club des bailleurs de fonds de la campagne du 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika. Un club dirigé naturellement par Ali Haddad, témoigne Ahmed Mazouz qui a révélé que le patron de l'ETRHB, deuxième groupe privé en Algérie, avait, quant à lui, fait un don de 180 milliards de centimes... à la campagne du 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika ! "Je ne connaissais pas la loi sur les financements de la campagne électorale. Je ne savais pas que c'était illégal. Et lorsque le Hirak avait commencé, j'avais recontacté Mohamed Bairi pour lui demander de me restituer mon chèque", révèle encore le milliardaire Ahmed Mazouz. Quant à Ali Haddad, il a consacré 100 milliards de centimes pour financer une chaîne de télévision dédiée à la promotion du 5e mandat, 30 milliards de centimes pour acquérir le mobilier et équiper le QG de campagne d'Abdelaziz Bouteflika et enfin un chèque de 50 milliards de centimes pour couvrir les frais de fonctionnement quotidien de l'équipe de campagne dont le siège était situé dans une luxueuse villa appartenant à la famille Kouninef à Hydra. Concernant sa fortune personnelle, Ahmed Mazouz a avoué qu'il possède 492 milliards de centimes dans son compte bancaire. « Il s'agit de mon argent et des bénéfices que j'ai tiré de mes entreprises. Je suis commerçant et entrepreneur depuis 1987. J'ai gagné mon argent à la sueur de mon front et je n'ai jamais détourné de l'argent vers l'étranger. J'ai uniquement envoyé de l'argent à mon épouse à l'étranger pour qu'elle puisse se soigner dignement », s'est défendu en dernier lieu Ahmed Mazouz. Le milliardaire Ahmed Mazouz, le patron du groupe privé Mazouz propriétaire de plusieurs investissements majeurs en Algérie comme la marque de boissons et jus N'Gaous, le grand centre commercial de Bab Ezzouar et une usine de montage des véhicules utilitaires chinois à Sétif, n'a pas nié ce jeudi face aux juges du tribunal de Sidi M'hamed à Alger sa relation avec le fils de l'ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, Farès Sellal. "Farès Sellal était mon ami et je l'ai introduit en tant qu'actionnaire, sans lui demander de l'argent, dans une société que j'ai créé et qui a finit par peser plus de 40 milliards de centimes", a avoué Ahmed Mazouz lequel a, néanmoins, juré qu'il n'avait jamais joui d'un quelconque privilège ou avantage de la part du père de Farès Sellal, Abdelmalek Sellal, premier-ministre depuis 2012 jusqu'à 2017.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.