Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran
Publié dans Réflexion le 05 - 06 - 2020

Deux familles sans aucune ressource, occupant depuis plus de 52 années une vieille maison composée de deux petites pièces à la cité Petit Lac à Oran, sont menacés d'expulsion par les héritiers de cette ancienne bâtisse qui date de l'époque coloniale.
Ces familles avec enfants risquent de se retrouver dans la rue en cette période de confinement contre le Coronavirus puisqu'un arrêté d'expulsion leur a été notifié. La décision d'expulsion a été rendue par la justice à la suite à la demande des héritiers qui ont obtenu un jugement du tribunal compétent pour faire exécuter la décision de justice par défaut de leur expulsion en date 16 octobre 2019. Ces deux familles composées de neuf personnes avec des enfants à bas âge vont se retrouver donc dehors sans aucun abri en cette période du confinement. Ces deux familles nous ont informés qu'elles occupaient cette habitation depuis 1968 avec l'accord du propriétaire un certain Larbi Maamar et réglé toutes les charges de consommations d'eau et d'électricité au nom de SNP Larbi Ould Maamar. Les héritiers, qui sont venus de l'étranger pour les faire évacuer des lieux, ont réussi à obtenir des décisions de justice en leur faveur pour expulser ces deux familles qui sont dans un état lamentable puisque la mère des enfants est déjà atteinte d'une malade chronique et risque à tout moment d'attraper un AVC . La première tentative de mise à exécution de cet arrêté d'expulsion a eu lieu la semaine passée, mais, devant la résistance des familles, un sursis de quelques jours leur a été accordé. La durée de cet ajournement est arrive à son terme jeudi.«N'ayant pas où aller, les familles concernées sollicitent le wali d'Oran afin de repousser la date de leur expulsion», dira Mr Djillali, représentant de ces familles. «Même si on va repousser la date de l'évacuation des lieux, tôt au tard nous serons expulsés et on n'a pas où aller. On a déposé des demandes de logements sociaux depuis 1996 et la commission d'enquête des logements sociaux est passée chez nous et on attend toujours», a-t-il ajouté. Les concernés lancent un appel aux autorités locales, à leur tête le wali, pour se pencher sur leur situation et trouver une solution à leur problème. Il y a quelques jours, en guise de protestation contre leurs conditions de vie et de refus de leur expulsion, ces familles avaient observé un rassemblement devant leur habitation pour se faire entendre par les pouvoirs publics. Les protestataires interpellent le wali d'Oran pour les intégrer dans les opérations de relogement des familles dans le cadre de l'éradication de l'habitat précaire. Selon des témoins, leur habitation est dépourvue de toute commodité et la situation s'est davantage dégradée après les dernières précipitations, où de nombreuses habitations de même cas ont été submergées. Les protestataires indiquent que les eaux ne cessent de monter lors de chaque précipitation du fait du débordement des eaux qui se trouvent à proximité. «Malgré les nombreuses requêtes adressées à qui de droit et les nombreux rassemblements de protestation, nous n'avons reçu aucun signe de la part des responsables quant à une éventuelle prise en charge de nos doléances», affirment-ils.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.