Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Le baril bombe le torse    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    CAF: Le match Algérie-Côte d'Ivoire maintenu à Japoma    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Covid-19: La question de la vaccination des enfants bientôt tranchée    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Pépé s'attend à un gros duel    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    Inadmissible!    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Onze morts dans des raids au Yémen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    Des critiques aux reproches    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    CAN-2021 / Côte d'Ivoire - Algérie (J-2) : concentration maximale chez les Verts    APN: présentation du projet de loi portant règlement budgétaire de l'exercice 2019    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Le statu quo !    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    A l'écoute de la CAN    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    Tu recevras autant que tu as...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Yamo, designer et architecte d'intérieur
Le sculpteur de la lumière
Publié dans La Voix de l'Oranie le 01 - 08 - 2010

Avec les lampes Le Fourmilier et Telya en 1987, Yamo obtient les Premier et Second prix du « concours Appel aux jeunes créateurs », lancé par la société Drimmer. Lauréat d'une bourse du VIA l'année suivante, il se voit attribué le SM d'Or, au Salon international du Meuble de Paris en 1989, puis la Palme d'Or de la Jeune création au Grand Prix de la Critique du Meuble contemporain à Paris pour une étagère en bois cousu. Il décroche ensuite une Carte blanche du VIA, avant d'être lauréat de la Bourse Agora en 1990. Né en 1958 à Alger, Mohamed Yahiaoui, dit Yamo, est diplômé de l'Ecole nationale des Beaux-Arts d'Alger en 1982.
Major de sa promotion en architecture intérieure, il s'inscrit en 1986 à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Paris, dans la section design industriel. Toujours à l'Ensad, il poursuit jusqu'en 1988 un troisième cycle en mobilier sous la direction de Jean-Claude Maugirard et Daniel Pigeon. Après une Lampe d'Argent au Salon international du Luminaire de Paris en 1992, il reçoit l'Oscar du SNAI pour sa lampe à huile Ouaga. Yamo expose à Paris, New York et Ibiza, met en scène l'espace destiné à présenter l'ensemble du design français pour l'exposition Les Capitales européennes du nouveau design (Centre Georges Pompidou, Paris, 1991), réalise notamment des « Luminaires et sculptures » pour un palace à Osaka (Japon, 1991) et un projet d'éclairage urbain à Sidi Boussaïd (Tunisie, 1997). Le designer et architecte d'intérieur, qui s'inspire subtilement de l'imaginaire saharien, africain et européen, a participé à des manifestations de groupe, notamment à Paris (Dix ans du VIA, Musée des Arts décoratifs, 1990 ; L'Univers de Abdi, Chérif et Yamo, IMA, 1992), à Cologne, Tétouan, Vérone, Beyrouth et Dakar. Outre de nombreux projets d'aménagement d'espaces, les meubles et objets de Yamo sont édités en France, en Italie, aux Etats-Unis et en Tunisie où il s'est établi depuis 1998. Au printemps 2003, l'exposition VIA à Paris présentait surtout des luminaires aux lignes irrésistibles et quelques pièces de mobilier et objets rehaussés par une scénographie imaginée par lui. C'est également au « sculpteur de lumière » que le musée d'Alger a consacré une exposition début 2004. Durant le mois de mai 2004, Yamo était à nouveau l'invité de la Biennale de Dakar où il exposait notamment un lampadaire « Indy », des étagères « Skanes », un tapis « Kartha », et deux narguilés « Chacha ».
Des réalisations de Yamo étaient enfin visibles en 2005 à l'exposition "25 ans d'atelier mobilier : hieraujourd'huidemain". Avec le souci de retracer l'évolution de son secteur mobilier depuis sa création en 1977, l'Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs (Ensad) présentait les travaux d'une cinquantaine de créateurs de mobilier, tous passés par son atelier qui fut le premier dédié à la conception de mobilier dans une école d'art.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.