La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait
Mohamed Chouikh, un cinéaste résistant
Publié dans La Voix de l'Oranie le 07 - 08 - 2010

Né à Mostaganem, le 3 septembre 1943, il a onze ans en 1954, quand débute la guerre d'Algérie. En 1962, l'indépendance est proclamée. Dans sa ville natale, Mohamed Chouikh devient acteur au sein d'une troupe de théâtre qui deviendra le Théâtre National Algérien. En 1965, il joue dans l'une des premières grandes réalisations algériennes, « L'Aube des damnés » de René Vautier et Ahmed Rachedi. Un an plus tard, il interprète le rôle de Lakhdar (le fils) dans « Le vent des Aurès » de Mohamed Lakhdar Hamina. Le film obtient le prix de la première oeuvre à Cannes. Jusqu'en 1970, Mohamed Chouikh se consacre essentiellement à sa carrière d'acteur au théâtre et au cinéma. Il est le héros de « Hors la loi » de Tewfiq Farès en 1969. Le film de Michel Drach « Elise ou la vraie vie » d'après le roman de Claire Etcherelli, dans lequel il incarne le partenaire tragique de Marie José Nat, le révèle au public Français.
1972 constitue pour lui une étape décisive : parallèlement à sa carrière d'acteur, Mohamed Chouikh se confronte à l'écriture et se forme aux métiers du cinéma en participant à divers tournages. Comédien sobre et sensible, il fait alors preuve de réelles qualités de cinéastes. II réalise « L'Embouchure » (1972) et « Les Paumés » (1974) pour la télévision algérienne, deux films traités différemment, qu'il juge, avec du recul, comme des créations de recherche. « Rupture », en 1983, est son premier long-métrage pour le cinéma. En 1989, « La Citadelle » décrit une journée particulière dans la vie d'un village du Sud oranais. Cette farce tragique sur la solitude des uns et la polygamie des autres, révèle l'histoire de deux sociétés séparées par un mur, celle des hommes et celle des femmes. Ce film remporte une vingtaine de prix internationaux. En 1993, « Youcef, la légende du 7e Dormant », l'histoire d'un combattant qui se croit toujours prisonnier de l'armée française, est présentée à Berlin et à Venise. « L'Arche du désert », en 1997, est projeté dès sa sortie à Locarno. « Je suis pour les traditions qui unissent, qui donnent la vie, déclare Mohamed Chouikh après une diffusion en Algérie. Pas pour une culture qui tue et se replie sur elle-même. Mon film est l'autopsie de la haine, du cycle de la violence clos par la mort. Après Locarno, il a été projeté à Sarajevo ». Le film dépeint la vie dans un village du désert qui bascule dans l'intolérance face à l'histoire d'un couple dont les membres appartiennent à deux groupes différents. « Le Douar de femme » (2005), sa dernière réalisation tournée l'été 2004 entre Alger et Béjaïa, est le fruit d'un travail familial. II est en effet produit et monté par Yamina, la femme du réalisateur, elle-même réalisatrice de « Rachida » (2002). L'une des filles de Mohamed Chouikh y est actrice et sa soeur est première assistante. Le film inaugure l'année cinématographique 2006 en Algérie.
Soutenue par les médias et en particulier à la télévision (coproductrice majeure de l'oeuvre), l'avant-première a connu un succès considérable dans une salle bondée. « Vingt-cinq ans après « La Nouba des femmes du mont Chenoua » de Assia Djebar, notait El Watan au lendemain de la projection, l'absence des hommes valides dans « Douar de femmes » permet de mesurer combien la résistance des personnes dites du sexe faible a permis à l'Algérie de rester debout. Les actrices viennent tour à tour jouer leur part du rôle avec des répliques parfois très audacieuses qui font peu à peu voler en éclats les tabous coutumiers. Contrairement à « La Citadelle » ou à « La légende du 7e Dormant », Chouikh se base essentiellement sur une mise en scène du verbe plutôt que sur l'action. Le film appartient en cela à cette longue tradition que s'est forgée le cinéma algérien d'être un cinéma féministe au masculin. Sachant la difficulté de monter un film par les temps qui courent, on ne peut que rendre hommage à Mohamed Chouikh pour leur contribution à la survie du cinéma en Algérie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.