Maroc : Des milliers de jeunes manifestent pour la dignité    Gagner du temps    Prévu ce mercredi à Alger: Rassemblement annoncé des chercheurs permanents    Skikda: La carrière de la cimenterie de Hadjar fermée par des travailleurs    Pour un changement radical: Après les marches, des «feuilles de route»    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Equipe nationale: La préparation reprend sans Belaili    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    Chlef: 500 arbustes plantés    Aïn Témouchent: Trois morts et 2 blessés dans un glissement de terrain    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    115 morts dans l'attaque d'un village    Maduro accuse Guaido de «comploter pour son assassinat»    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Les dates des trois derniers matchs fixées    Séparation à l'amiable entre Koulkheir et la JSS    La FAF a-t-elle le temps de se reconstruire ?    Plusieurs partis font des propositions    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    2 narcotrafiquants arrêtés et 52 kg de kif saisis à Ghardaïa    Une collecte prévisionnelle de 200 000 quintaux de céréales    Les atteintes à l'urbanisme en hausse    Ouverture du festival du printemps    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Les décrets publiés au JO    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Les «hommes» du ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2010, début de la fin de l'habitat précaire dans et autour de Constantine
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 01 - 2011

Avec 1.011 constructions insalubres et précaires démolies autour du Vieux Constantine et 2.481 familles relogées, l'année 2010 aura préparé le terrain aux grandes projections futuristes décidées pour la grande métropole de l'Est par les plus hautes autorités de l'Etat. Cette opération d'envergure dont l'impact spatial a déjà transformé le panorama de la ville des ponts a eu raison, au terme de l'année écoulée, du scepticisme de nombreux Constantinois connus pour leur caractère exigeant quand il s'agit de défendre le patrimoine d'une ville au prestige historique incontestable.
Environ 150 hectares situés en plein cœur de Constantine, envahis anarchiquement par des constructions de fortune, viennent d'être récupérés dans le cadre d'une intense campagne de remise en ordre du centre historique et de sa proximité qui étouffaient sous le poids des incohérences des politiques urbanistiques héritées du colonialisme.
Cette vaste poche urbaine sera réinvestie pour abriter diverses infrastructures nécessaires au quotidien des citoyens mais surtout destinées à étoffer une ville dont la vocation régionale est à réinventer, résume un cadre de la wilaya. L'élimination durant l'année 2010 d'au moins 367 constructions insalubres au quartier Rahmani-Achour (ex Bardo) a longtemps défrayé la chronique à Constantine.
Les Constantinois qui vivaient pour la première fois cette expérience n'arrivaient pas à décoder les tenants et les aboutissants de cette mesure dont l'audace devait sans aucun doute briser une longue léthargie qui passait pour être une fatalité, en s'attaquant, quelquefois, à des intérêts considérables. L'on considérait, sur le Vieux Rocher, que certains "lobbies" avaient réussi à faire admettre que toucher à tel ou tel aspect physique de la ville constitue une "hérésie", y compris quand il s'agit d'un hideux bidonville, comme ce fut le cas pour le Bardo que l'on a tenté de faire passer pour un pan du patrimoine local à préserver, histoire de pérenniser un immobilisme anachronique sous couvert de "conservatisme bon teint", soutiennent les anciens de la ville.
D'aucuns estiment que cette opération a constitué la plus importante difficulté à dépasser par les autorités locales pour ouvrir la voie au lancement de multiples et ambitieux projets, à l'image des nouvelles lignes du téléphérique, le tramway et le viaduc géant qui ajouteront, une fois concrétisés, un plus au cadre féerique des gorges du Rhumel.
La démolition des centaines de constructions de fortune qui enlaidissaient le pittoresque quartier de Bardo et sa proche périphérie, à l'instar du quartier Benzouid appelé communément "Djenane Tchina" et l'avenue de Roumanie où persistait l'immense bidonville "Boudiaf" avec ses 228 baraquements ne s'est pas faite sans imperfections.
Ainsi, et pour éviter toute possibilité d'un "retour au point zéro", les pouvoirs locaux ont décidé, à l'issue des sept opérations de démolition de sites abritant des habitats précaires, de marquer un temps d'arrêt pour redonner du tonus à l'opération "zéro favelas", préalable au plan de mise à niveau urbaine de toute la wilaya de Constantine.
Aérer le tissu débarrassé de ces plaies qui défiguraient la cité s'est révélé indispensable mais le "mieux" réside dans les perspectives que ces mesures ouvrent pour l'avenir: faire de l'antique Cirta une cité en tous points moderne.
L'évacuation massive durant l'année 2010 de nombreuses familles occupant des habitations précaires n'a pas manqué de générer des difficultés liées aux conditions de vie que les familles concernées tentent tant bien que mal de gérer. Transférés vers la nouvelle ville Ali Mendjeli, dans des cités dépourvues, le plus souvent, d'équipements publics, les familles concernées déplorent nombre de lacunes que les autorités locales ont décidé de prendre en considération dans des actions à développer plus tard.
Durant les années 1990, le Vieux Rocher et sa proche périphérie étaient encerclés par une vingtaine de bidonvilles faits d'habitations de fortune. Ce phénomène a touché les principales agglomérations du pays, mais à Constantine, il avait pris une dimension plus nette encore, dans la mesure où il s'est imbriqué dans le tissu urbain d'une ville étouffant par un manque cruel d'espaces d'extension.
Aujourd'hui, cette hideuse ceinture de misère est heureusement en voie de disparition grâce à des opérations titanesques d'assainissement et de relogement que les responsables locaux tenteront de parachever avec une touche de qualité: Depuis 2000, au moins 17.000 baraquements furent rasés sauvant quelque 120.000 âmes d'une précarité dégradante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.