La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ouverture du régime libyen en faveur d'un dialogue avec les rebelles sous conditions
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 04 - 2011

Le régime du colonel Maammar El-Gueddafi a réitéré sa disposition à ouvrir un dialogue avec les rebelles libyens s'ils déposent les armes alors que la communauté internationale a appelé à éviter de nouvelles effusions de sang et à mettre en place des couloirs humanitaires en Libye. Cible depuis le 15 février dernier d'un mouvement de contestation qui s'est mué en combats avec les rebelles, le régime libyen a, par la voix du vice-ministre des Affaires étrangères Khaled Kaïm, indiqué mardi soir que les rebelles, qui réclament le départ du colonel El-Gueddafi, "doivent déposer les armes" pour qu'ils puissent "participer au processus politique".
Tout en soulignant que le Conseil national de transition (CNT) formé en mars dernier par la rébellion "ne représente pas la base populaire en Libye", M. Kaïm a expliqué qu'"il y aurait des garanties pour tout processus politique par le biais d'observateurs de l'Union africaine (UA) et de l'ONU capables de dissiper tout doute".
Selon ce haut responsable libyen, le prochain comité de l'UA sur la crise libyenne aura lieu en Libye "au cours de la semaine prochaine". Ce comité est composé par les chefs d'Etat Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie), Amadou Toumani Touré (Mali), Denis Sassou Nguesso (Congo), Jacob Zuma (Afrique du Sud) et Yoweri Museveni (Ouganda).
En parallèle, une mission du Conseil des droits de l'homme de l'ONU doit également effectuer une visite en Libye à partir du 15 avril, a ajouté la même source. Le régime libyen s'était déjà dit lundi prêt à négocier des élections ou un référendum notamment, mais qu'un départ du colonel El-Gueddafi n'était pas envisageable.
Aucune réponse aux offres du régime libyen, n'a pour le moment été donnée par les rebelles qui ont, par ailleurs, accusé l'Otan de "laisser mourir les habitants de Misrata", une ville située à l'ouest de Tripoli en proie à des bombardements des forces loyales au régime depuis plus de 40 jours.
En réponse à ces accusations, l'Otan, qui assure le commandement des opérations militaires depuis presqu'une semaine, a promis mercredi
de protéger les habitants de Misrata.
L'Otan "va tout faire pour protéger les civils de Misrata", a déclaré à la presse la porte-parole adjointe de l'Otan, Carmen Romero pour qui "Misrata est "la priorité numéro un" de l'Alliance. Par ailleurs, des bombardements se poursuivaient près du site pétrolier de Brega (800 km à l'est de Tripoli), à environ 40 kilomètres d'Ajdabiya, selon les rebelles.
Sur le plan international, les appels à un cessez-le-feu et au dialogue entre les protagonistes de la crise libyenne se succèdent.
La Turquie, a par le biais de son ministre chargé des Affaires européennes Egemen Bagis, réitéré que la priorité "doit être un cessez-le-feu" en Libye et la mise en place de couloirs humanitaires, avant de discuter des changements politiques à effectuer à Tripoli.
Ankara qui avait condamné les frappes aériennes de la coalition internationale sur la Libye, lancées le 19 mars en application de la résolution 1973 de l'ONU, a cependant accepté d'envoyer sous l'égide de l'Otan six navires de guerre au large de la Libye, pour faire respecter l'embargo sur les armes.
Pour sa part, la Commissaire européenne chargée des questions d'immigration, Cecilia Malmstrom, a demandé aux Etats de l'UE de "prendre en charge les Libyens fuyant les combats" tandis que le pape Benoît XVI a lancé un appel "à toutes les parties en cause" pour "engager un travail de pacification et de dialogue et éviter de nouvelles effusions de sang".
L'immigration et la situation en Libye, seront par ailleurs, au centre d'un sommet, le 26 avril à Rome, réunissant le président français Nicolas Sarkozy et le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, selon des sources gouvernementales italiennes.
L'Italie et la France ont reconnu en mars le "Conseil national de Transition" (CNT) comme seul interlocuteur légitime en Libye. Le Danemark a, quant à lui, reconnu mercredi le CNT et annoncé qu'il allait dépêcher un envoyé spécial auprès de ce conseil basé à Benghazi, dans l'est de la Libye.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.