Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reboisement en Algérie : des efforts considérables et des défis complexes
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 11 - 2012

L'Algérie a déployé durant ses cinquante ans d'indépendance des efforts louables pour la préservation de ses richesses forestières, menacées par les incendies, les exploitations abusives et le phénomène de la désertification dont l'ampleur s'accroît à un rythme inquiétant.
Au lendemain même de son indépendance, l'Algérie s'est trouvée confrontée à une situation de dégradation écologique très avancée, caractérisée par une régression très significative du couvert végétal, entraînant une intensification des phénomènes d'érosion dans les zones montagneuses et l'apparition de paysages désertifiés dans la steppe.
En réalité, la politique coloniale suivie pendant près d'un siècle et demi, a soumis les richesses grandes forestières et alfatières de l'Algérie à des concessions d'exploitation non contrôlées.
Durant la guerre de l'indépendance, ces ressources ont subi des destructions massives, une dégradation des nappes alfatières et une destruction de l'organisation sociale et économique. Refoulés vers les régions montagneuses, les paysans ont alors accentué la déforestation.
Dès 1968, quatre projets de reboisement déployés
Dès 1968, quatre projets de reboisement déployés en amont des forêts naturelles de pin d'Alep, dans les monts des Ouled-Nail (Djelfa), ont été élaborés pour répondre à ces préoccupations d'origine écologique. Le premier périmètre reboisé fut celui de Moudjbara. Par ailleurs, une unité du Service national de l'ANP fut créée pour réaliser ces projets.
C'est ainsi que l'idée du Barrage vert est née pour se concrétiser sur le terrain à partir du 1971 en vue de stopper le phénomène de désertification.
Les plantations, tous types confondues, réalisées dans le cadre de ce projet, ont totalisé plus de 300.000 hectares (ha), un bilan renforcé avec la dynamisation du rythme des réalisations du Plan national de reboisement (PNR).
Le bilan des plantations, dans le cadre des opérations de reboisement de 1962 jusqu'à 1999, fait ressortir la réalisation de 1.194.108 hectares, selon les chiffes de la Direction générale des forêts (DGF).
Ces résultats ont été soutenus par la plantation de 610.000 ha réalisés dans le cadre du PNR, ce qui amène le bilan de reboisement en Algérie depuis son indépendance jusqu'en 2012 à 1.804.108 ha.
PNR : un objectif global de 1.245.900 ha reboisés à l'horizon 2020
Lancé en 2000, le PNR vise, à l'horizon 2020, un objectif global de 1.245.900 ha reboisés. Les efforts de reboisement sont ainsi estimés en moyenne de 50.000 ha/an, et devraient atteindre le seuil de 70.000 ha durant les prochaines années, a précisé à l'APS le DG des forêts, M. Mohamed Seghir Noual.
L'objectif phare du PNR vise à faire passer le taux de boisement de 11 à 13%, dans un pays où les caractéristiques de son milieu naturel sont diversifiées entre un immense milieu désertique, une vaste zone steppique, des massifs montagneux boisés et un milieu constitué de plaines et de collines et une zone marine à climat méditerranéen.
Les forêts et maquis couvrent globalement 4,7 millions d'ha. Trois contraintes majeures caractérisent le milieu algérien : des précipitations irrégulières, des sols fragiles et un grand écart de température entre les saisons chaudes et froides. Les ressources naturelles sont ainsi limitées, du fait de conditions climatiques et de leur distribution inégale à travers le territoire.
"L'augmentation du taux de boisement est une action de longue haleine qui nécessite des efforts considérables et continus en matière de reboisement", estime le directeur.
Par ailleurs, près de 32 millions d'ha forment la steppe et le présaharien, alors que 12 millions d'ha en zones montagneuses sont menacés d'érosion hydrique, selon les chiffres de la DGF.
Actualisation de la carte nationale de sensibilité à la désertification
Pour mieux cerner l'évolution du phénomène de la dégradation des terres, une opération portant sur l'actualisation de la carte nationale de sensibilité à la désertification, touchant 12 wilayas steppiques, a été engagée.
Sur les 27 millions d'ha étudiés, 45,3% de cette surface sont sensibles à la désertification, 16% très sensibles, et 2% déjà désertifiés, selon la DGF. Par ailleurs, le patrimoine forestier est confronté à un autre défi aussi crucial que la désertification. Il s'agit des feux de forêts qui ravagent, chaque année, des dizaines de milliers d'hectares.
Depuis l'indépendance, les incendies ont détruit à fin 2011 quelque 1,616 million d'ha, selon la DGF. Les années 1982 et 1994 ont enregistré le plus lourd bilan avec successivement 221.367 ha et 271.597 ha ravagés.
Même si les conditions météorologiques, notamment la canicule, constituent un facteur principal favorisant les feux de forêts, le facteur humain reste responsable à hauteur de 95% de ces feux, selon le DGF.
"L'homme demeure le premier responsable de ces incendies, même si cela n'est pas intentionnel dans la majorité des cas. A chaque incendie, la DGF porte plainte contre x et les services de gendarmerie engagent des enquêtes approfondies pour déterminer les responsabilités", a-t-il ajouté.
De 1962 à 2011, la superficie touchée par les feux de forêt (1,616 million ha) représente quasiment la totalité de la superficie concernée par les opérations de reboisement durant les 50 années d'indépendance avec 1,804 millions d'ha.
En prenant en compte la superficie touchée par le phénomène de désertification, sachant que la classe désertifiée a progressé entre 1996 à 2009 de 1%, avec une augmentation de la classe sensible à ce phénomène de 4%, une seule conclusion peut être tirée : l'Algérie accuse un déficit en matière de sauvegarde et de reconstitution du patrimoine forestier, en dépit des efforts fournis.
"Le constat impose davantage d'efforts en matière de reconstitution pour pouvoir stabiliser la tendance induite par le phénomène des changements climatiques qui demeure la cause fondamentale favorisant et exacerbant toutes les formes de dégradation" , a souligné M. Noual.
Ainsi, l'Algérie devrait accélérer ses efforts et son rythme de reboisement afin de sauvegarder son patrimoine forestier, un enjeu majeur pour confronter les effets négatifs du changement climatique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.