Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : "seules les urnes peuvent décider mon avenir" de Chef d'Etat (al-Assad)
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 11 - 2012

Le président syrien Bachar al-Assad a déclaré que "seules les urnes" pouvaient décider de son avenir comme Président et mis en garde au passage la communauté internationale contre un conflit "à long terme" avec les rebelles.
Le départ ou non du président "peut se décider seulement à travers les urnes", a insisté M. Assad, dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe Russia Today (RT).
"Là, il n'est pas question de ce qui se dit, mais de ce que nous pouvons faire à travers les urnes, et ce sont les urnes qui diront très simplement à tout président de rester ou de partir", a précisé M. Assad, qui s'exprimait en anglais.
M. Assad a en outre déclaré que la Syrie n'était pas en "guerre civile" mais confrontée à un conflit avec des rebelles qui pourrait se prolonger à "long terme" si ceux-ci continuent de recevoir du soutien de l'étranger. "Il ne s'agit pas d'une guerre civile. Il s'agit de terrorisme et d'un soutien apporté par l'étranger aux terroristes pour déstabiliser la Syrie.
C'est notre guerre", a-t-il souligné, ajoutant "qu'il faut donc s'attendre à une guerre difficile. On ne peut pas s'attendre à ce qu'un petit pays comme la Syrie puisse vaincre en l'espace de quelques jours ou semaines tous ces pays qui se battent contre nous par procuration", citant les Etats-Unis, l'Occident et des pays arabes.
"Tant qu'il y aura un approvisionnement ininterrompu des terroristes en armements, en logistique et tout le reste, ce sera une guerre à long terme", a-t-il souligné, ajoutant que si le soutien des rebelles depuis l'étranger cessait, "je peux dire que nous pourrions tout finir au bout de quelques semaines".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.