Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 8ème journée    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Real Madrid: Jovic bien prêté à Francfort (off.)    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Casoni plie bagage    Le match à ne pas rater pour les Verts    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Ce que peut apporter Slimani à Lyon    Le rabatteur    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Football - Ligue 1: Sétif, Alger et Tlemcen pôles d'attraction    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Privilégier le dialogue dans la crise malienne (participants)
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 06 - 2013

Les participants à la conférence internationale de solidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali, ouverte dimanche à Alger, ont été unanimes à privilégier le dialogue dans la crise malienne dans leurs déclarations à l'APS en marge des travaux.
"Toutes les solutions jusque-là mises en œuvre n'ont pas eu les effets escomptés et le dialogue reste la seule voie pacifique à tous les enfants du Mali pour stabiliser réellement le pays", a relevé le président du Haut conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko.
Une position partagée par le président du Conseil régional de Kidal, Homeny B. Maiga, qui a noté que "cette conférence d'Alger montre bien qu'il est possible de discuter dans un cadre civil pour dégager des solutions pouvant apporter le bien être à toutes les populations locales du Mali".
C'est dans ce sens, d'ailleurs, que le conseiller personnel et spécial du président du parti du Rassemblement populaire du Mali (RPM), Cheick Omar Diarra, a soutenu que "ce qui ne passe pas par un dialogue entre toutes les composantes du peuple malien peut nuire aux efforts de stabilisation du Mali, aujourd'hui comme dans l'avenir".
D'où la remarque du Mauritanien Maroufa Diabera, avocat et ancien bâtonnier, pour qui "les crises et les conflits internes ne trouvent leur véritable aboutissement que par des rencontres, des discussions et un dialogue entre les parties concernées, avec l'objectif de rendre service à son pays".
Pour sa part, le président de la Croix rouge du Niger, Ali Bandiare, a estimé qu'"il ne faut pas trop compter sur les solutions extrêmes alors que dans le cas du Mali, les populations du pays sont en mesure de décider, après dialogue, de ce qu'il leur convient aujourd'hui étant donné que ce sont elles qui souffrent depuis des années".
La conférence internationale de solidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali, qui va durer deux jours, accueille quelque 300 invités dont 123 représentants d'organisations de la société civile des pays du Sahel ainsi que des personnalités africaines.
Elle abordera des aspects spécifiques générés par la crise que vit le Mali : sauvegarde de l'unité du peuple malien et défense de l'intégrité territoriale du Mali, problème de la restauration des institutions constitutives de l'Etat malien, réconciliation nationale et cohésion sociale, assistance humanitaire aux réfugiés, reconstruction et co-développement dans les régions sinistrées.
Une rencontre qui sera également l'occasion de discuter des réalités du terrorisme transnational, du narco-trafic et de la criminalité organisée afin de proposer les voies et moyens de nature à assainir la région de ces fléaux criminels dévastateurs et de garantir aux populations la paix, la stabilité et la sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.